VOTRE MAGAZINE N° 92 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 92 EST EN KIOSQUE

Banyuls-sur-Mer, ici naquit la Méditerranée

29 Juil Banyuls-sur-Mer, ici naquit la Méditerranée

Authentique, rustique et farouchement catalane, Banyuls-sur-Mer distille son charme puissant de vigne en crique. Qu’il s’agisse de vin, de gastronomie ou de recherches scientifiques, elle pose tranquillement son label : l’excellence d’abord !

Pour arriver à Banyuls-sur-Mer, on serpente le long d’une route sinueuse entre les vignes hautes qui grimpent en terrasses étroites les pentes des collines abruptes, semées parfois d’un casot dont les tuiles rouges tranchent sur les murs de pierres sèches aux couleurs de schiste. Au détour d’un virage, le bleu aveuglant s’offre une effraction ourlée du vert plus profond des pinèdes. On devine au pied des falaises hostiles la probable douceur de plages cachées, accessibles aux bateaux et aux grimpeurs téméraires.

Vibrante et chaleureuse

Bienvenue au cœur de la Méditerranée, dans ces paysages si purs que le grand Maillol, natif d’ici, ne trouva en Grèce que la confirmation de ce qu’il en savait déjà à travers eux, l’éternité… à l’entrée du village, la plage des Elmes dessine son arc parfait. Le temps pour la route de grimper la colline, et voilà que Banyuls s’offre au regard, ses belles maisons alignées le long de la plage, les plus anciennes accrochées à la montagne, les autres s’engouffrant vers l’intérieur des terres le long d’une rue plantée de vénérables platanes. Partout des placettes, des squares, scandent les rues étroites. Banyuls est vivante, chaleureuse, on sent affleurer son âme paysanne, noble et rude, imperméable aux sirènes du tourisme. Longtemps, Banyuls a vécu une vigatane dans le schiste, l’autre sur le fond d’une barque catalane. Si l’activité de pêche existe encore, elle ne concerne désormais que quelques pêcheurs amoureux de leurs produits, presque des artistes de la mer. Le vin, lui, a acquis une célébrité mondiale, et reste au cœur de l’économie, arc-bouté sur ses multiples appellations contrôlées et sa solide réputation de nectar des dieux. Banyuls est encore un village de pêcheurs et de vignerons, c’est ce qui lui donne cette aura particulière qui donne envie de rester.

De terre et de mer

Malgré l’afflux touristique, favorisé depuis la fin du XIXe par l’existence de la voie ferrée et de la gare, le relief empêche une extension anarchique des constructions, pour le plus grand bonheur des amoureux de Banyuls. La ville reste authentique, on y entend les vieux, regroupés sur les bancs à la tombée du soir, chanter la belle langue catalane de la côte, si proche de celle du sud, à quelques encablures seulement. Le petit port, 70 places à peine, qui accueille bateaux de pêcheurs et embarcations de plaisance, les embrasse de son geste protecteur. Prendre un verre sur la promenade maritime, c’est prendre avec soi un peu de cette douceur de vivre que semblent respirer les galets.

Douce à vivre

L’appel des plages et des petites criques est irrésistible : plage des Elmes, plage Centrale, plage Sana, criques de Taillelauque et Tancade, qui sont de véritables petits bijoux aux eaux limpides ou encore celle de Troc Pineill située dans la réserve marine de Banyuls – Cerbère, paradis des plongeurs. Ici, la réserve abrite des mérous, des mostelles, des sars tambours ou des dentis. Vous pouvez même les côtoyer de près, nager avec eux, parmi eux, grâce au joli sentier sous-marin. Plongée, kayak, cabotage, beach-volley, sandball… Banyuls vous offre tous les plaisirs de la mer et de la plage. Plus un. Celui de découvrir, à travers le plus ancien aquarium du sud de la France, aujourd’hui rénové et son biodiversarium, la vie de la flore et de la faune terrestre et marine locale, dans une scénographie spectaculaire.

Omniprésent Maillol

Vous pourrez même voir à travers les baies vitrées, les chercheurs du très renommé laboratoire Arago fondé en 1882, à l’œuvre dans leurs laboratoires. à Banyuls, on a le sens de l’excellence et du travail bien fait. Sur les jolies allées qui portent son nom, un petit coup d’œil à la « jeune fille allongée » de Maillol, un autre à son « Monument aux morts pacifiste », juste derrière la mairie, et vous pourrez mettre le cap sur sa maison, la Métairie, dans le jardin de laquelle il repose, dans la vallée de la Roume, bien à l’abri dans son tombeau orné de sa « Méditerranée ». Cette ferme est aujourd’hui un musée ouvert au public qui regroupe des céramiques, des bronzes, des peintures, mais surtout, son atelier, émouvant témoignage de sa vie fruste et modeste. Autour de Banyuls, les montagnes ne sont pas avares de merveilles. Blanche et chaulée, presque grecque dans son environnement de pins et de chênes verts s’élève la jolie chapelle de la Salette. Vue splendide en perspective. Un peu plus loin, le hameau de la Rectorie possède une église romane construite en 1197, dont la façade présente un appareillage de schiste assez grossier. Vous aimerez ses ex-voto et son christ en Croix du XVIIe siècle.

De chapelle en ermitage

L’ermitage du mas des Abeilles finira de vous montrer la foi simple et lumineuse des paysans d’autrefois.Et Banyuls n’est pas en reste. Son église moderne, à l’architecture très géométrique et dissymétrique, date de 1969. Elle contient une très belle vierge en marbre blanc sculptée par le Cerdan Alexandre Oliba, natif de Saillagouse, un des grands sculpteurs académiques du XIXe siècle français. Chaque année, la ville organise par ailleurs une procession en l’honneur de Saint Sébastien qui l’aurait sauvé de la terrible épidémie de choléra de 1832. Clin d’œil aux Banyulencs venus d’ailleurs, la ville possède aussi un temple protestant. Au-dessus de Banyuls, en pleine garrigue, s’ouvre une trouée dans la masse veloutée des Albères : le col de Banyuls, dont la route carrossable mène de l’autre côté de la frontière.

Le col de Banyuls

Un monument dû au ciseau de Jean-Baptiste Belloc y commémore la victoire des armées révolutionnaires sur les armées du roi d’Espagne en 1793. Une simple anecdote à la lumière de ces lieux chargés de mémoires d’exils croisés et de contrebandes diverses. Les fantastiques chemins de randonnée qui sillonnent l’amphithéâtre des montagnes autour de Banyuls, alternant vignes, chênes verts, oliviers, pins et forêts profondes, ne portent pas pour rien le nom de chemins de la liberté. Des juifs fuyant le nazisme comme le grand philosophe allemand Walter Benjamin, des républicains catalans et espagnols fuyant les exactions franquistes en sens inverse ont emprunté ces drailles secrètes creusées à flanc de montagne par les vaches et les chèvres des Albères. Balisés, aménagés, ils sont aujourd’hui un moyen merveilleux de se hisser jusqu’aux crêtes ou à la tour de Madeloc, dans les senteurs de garrigue, en pensant aux « traginers », ces muletiers qui assuraient la survie des mas isolés par tous les temps, et en toutes saisons, pour escarpés que soient les sentiers. Les vues offertes sur le golfe du Lion, sont à couper le souffle et méritent bien que vous perdiez un peu le vôtre.

L’architecture des vignes

Autour de Banyuls, les collines sont une véritable mine d’escapades à entreprendre à pied, en vélo ou à cheval. D’autant que vues du ciel ou presque, les vignes pentues révèlent une architecture sophistiquée de terrasses, leur réseau serré de ruisseaux de drainage, leurs casots, leurs citernes, tout un monde complexe et fermé, tourné vers un seul objectif, produire ce vin doux naturel qui mûrira dans des dames-jeannes, au soleil sur les toits, ou dans de grandes barriques de chêne, au prix d’un travail acharné tout au long de l’année. En redescendant, faites donc une escale au Mas Reig, où séjournèrent autrefois les Rois de Majorque, devenu le haut lieu culturel banyulenc par excellence, et offrez-vous une dégustation dans sa cave souterraine du XIIe siècle.

Des mas fortifiés

Vous pouvez aussi opter pour le mas Guillaume, un magnifique mas fortifié du XVe siècle, quasiment intact, aujourd’hui le siège de production d’un excellent vin doux, le Clos Castell. Il est temps de revenir en ville, de retrouver ses commerces et ses rues animées, de flâner de galerie en atelier ou de faire une pause désaltérante aux terrasses des cafés. Tous les soirs de l’été, le front de mer accueille un marché artisanal haut en couleurs. Si vous aimez les produits du terroir, directement vendus par les petits producteurs, vous serez comblé le jeudi et le dimanche matin. Même les chineurs sont à la fête avec la brocante du vendredi. Si vous voulez optimiser le capital bien-être que vous offre Banyuls, vous disposez d’un centre de thalassothérapie dont les fenêtres ouvrent sur la mer toute proche. à moins que vous ne pariiez sur la fête et la détente ?

Le corps et l’esprit

Banyuls a ce qu’il vous faut tout l’été, avec en point d’orgue la Festa Major du 23 au 27 août. Au programme, concerts, course de carrioles, carnaval d’été, sardanes et feux d’artifice. Sinon, cédez au charme des séances de cinéma en plein air avec Cinémaginaire et aux animations musicales place Paul Reig ! Fêtes, animations, balades vigneronnes, concerts, quelle que soit votre attente ou votre génération, à Banyuls, vous trouverez forcément vigatana à votre pied. C’est simple, tout le monde vous le dira, Banyuls ne s’ennuie jamais !

1Commentaire
  • RIVALS
    Posted at 08:42h, 04 août Répondre

    Magnifique village où il fait bon vivre ! Entre mer et montagne : la vigne pas n’importe laquelle non, celle qui donne son appellation au vin doux naturel : le BANYULS !!!

Poster un commentaire