VOTRE MAGAZINE N° 97 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 97 EST EN KIOSQUE

Blanes, l’éloge de la blancheur

04 Juin Blanes, l’éloge de la blancheur

A l’extrémité sud de la Costa Brava, Blanes rompt la continuité sableuse de la Costa Daurada en annonçant un autre monde de criques, de falaises et de rochers. Un monde où le minéral montre ses dents pour protéger un arrière-pays sauvage, où pinèdes et garrigues, puis vignes et oliveraies se taillent la part du lion.

Blanes s’étend entre l’embouchure de la Tordera et une jolie baie naturelle. Un tel environnement n’avait pas échappé à nos très lointains ancêtres : on trouve des traces d’industrie lithique préhistorique et des ruines de villages ibères fortifiés, bien avant l’arrivée des Romains, en 195 avant Jésus Christ. Ces derniers en font un port stratégique et lui donnent son nom « Blanda » qui signifie plate ou paisible en Catalan.

Une histoire en dents de scie

Quelque peu endormie sous le joug wisigoth, puis la férule arabe, Blanes réapparait en 974 dans un document spécifiant que son église, Santa Maria, dépend du Monastère de Sant Pere de Rodes. Blanes n’a pas été épargnée par l’histoire : propriété des vicomtes de Cabrera, elle subit en 1285 les attaques des Français, placés sous la bannière de Philippe Le Hardi, en 1355 une attaque génoise, en 1455 celle des galères papales de l’antipape Benoit XIII, passé à l’histoire sous le nom de Pedro de Luna. Malgré tout, pêcheurs, débardeurs et marins s’agitent sur les quais, et Blanes devient un centre de construction et de réparation de bateaux. Pendant la guerre des Faucheurs, 1 000 hommes de troupe occupent la ville qui ne compte alors que 1 000 habitants. En 1652, les Castillans passent à l’attaque et déportent les citoyens en nombre. Cette tragédie n’est pas la dernière, puisque Blanes, qui a pris le parti des Habsburg, comme presque toute la Catalogne, est attaquée par les Bourbon en 1657 et 1694. Il faut attendre le XVIIIe siècle pour que prospérité rime avec paix.

Attaquée

La ville excelle alors dans le commerce maritime, l’agriculture et la fabrication de dentelles, de cordes, de lièges et de tonneaux. Après la sanglante parenthèse des guerres napoléoniennes, Blanes crée les chantiers navals les plus importants de la Costa Brava. Tandis que 2 000 de ses enfants quittent leur ville pour chercher fortune aux Amériques et en particulier à Cuba. Blanes attire une forte immigration intérieure de travailleurs et prend à cent à l’heure la fin du XIXe siècle : arrivée du chemin de fer en 1859, éclairage public au gaz en 1870, électricité en 1889. C’était compter sans la terrible épidémie de phylloxéra qui va ruiner la viticulture et conduire à un nouvel exode vers la Caraïbe. 

La rançon de la beauté

Pourtant, la modernité est en marche.En 1921, un industriel allemand, Carl Faust, tombe amoureux de la baie. Il décide d’y créer un jardin botanique, le Marimurtra, et s’entoure d’une pléiade de scientifiques pour sélectionner les espèces les plus spectaculaires et les mieux adaptées à un climat méditerranéen tempéré. Cette merveille, étalée sur 4 hectares, rythmée de terrasses et de pergolas ouvertes sur la Méditerranée abrite plus de 4 000 espèces de plantes venues des cinq continents. Ce jardin est devenu un des grands attraits touristiques de la ville et l’un des jardins botaniques les plus importants d’Europe. En outre, Carl Faust a créé un centre de recherche, une station internationale de biologie méditerranéenne, pionnière dans la péninsule pour ses travaux novateurs dans les domaines de la biologie évolutive et de la systématique moléculaire des plantes méditerranéennes. Déjà, estivants et baigneurs ont trouvé le chemin des belles plages de Blanes, et les élégantes arpentent ces jardins, lorsqu’éclate la terrible guerre d’Espagne, et avec elle une série de bombardements qui visent le port. Curieusement, encore une fois, la botanique va se trouver au centre de la lente guérison de Blanes.

Lente guérison

En 1945, Ferran Rivière de Caralt conçoit et aménage les jardins tropicaux Pinya de Rosa, qui regroupent  7 000 espèces d’agaves, de yuccas ou d’aloès. Un joyau touristique supplémentaire qui tombe à point nommé. Dans les années cinquante et surtout soixante, Blanes fait face à deux afflux de population différenciés : une très forte immigration intérieure qui double sa démographie et de nombreux touristes, séduits par la beauté de la baie. Cinquante ans plus tard, Blanes est devenue une station balnéaire prisée, dopée par la beauté de son cadre naturel et ses atouts patrimoniaux. Car le centre de la vieille ville est magnifique.

Un patrimoine unique

Autour de la mairie et de sa façade baroque, les maisons bourgeoises rivalisent d’audaces architecturales qui racontent toute l’histoire de l’architecture catalane du XVIe au XXe siècle. Mélange de style moderniste et néoclassique de Ca l’Orench, portail baroque de Can Balliu, graffiti noucentistes, tranches de marches d’escalier en céramiques, galeries sous les combles chez Miralbell, splendeur de la véranda d’angle moderniste de Can Tordera avec ses merveilleux fers forgés, les exemples sont nombreux et dessinent une ville ancrée dans l’histoire. D’autant que, comme le dit la pub, ce n’est pas tout… Là où se trouvait le château de Sant Joan, 173 m au-dessus de la mer, la vue embrasse le littoral jusqu’à la colline du Montjuic. 

Ville de chapelles

Son jumeau vicomtal, à côté de l’église  gothique, crénelée et dotée d’une jolie rosace, subsiste à l’état de pan de mur assez frustre. La ville est également émaillée de chapelles, qui surgissent au hasard de rues et de placettes et possède un joli couvent. Chaulées, dotées d’un clocheton et d’une nef unique de petite dimension, la capella de l’Antiga et la Chapelle de la Salut distillent un charme méditerranéen qui évoque la Sicile ou la Corse. Un peu plus loin la chapelle de l’Espérance proclame son modernisme avec des dessins ornementaux de toute beauté. Dans le style, ne ratez pas l’hôpital asile construit en 1913. Le monument le plus célèbre de Blanes reste sans conteste le sanctuaire de Notre-Dame du Vilar, connu dans toute la région pour protéger les marins, comme l’attestent les innombrables ex-voto qui en ornent les chapelles. Mais tout autour de la ville, le moindre tertre accueille une action de grâces. La Chapelle de Santa Barbara est ainsi flanquée d’une tour de guet circulaire et de la maison de l’ermite. La star reste le paysage, sublimé par ses jardins, et brodé de son chemin de ronde.

Début de la Costa Brava

Des dizaines de promenades en perspective en quête de criques et de points de vue uniques. Un énorme îlot rocher, Sa Palomera, coupe en deux la Baie, au sud juste avant la plage de S’Abanell. C’est le début de la Costa Brava, marqué par une sculpture, une sorte de portail. Deux autres îlots, plus petits, Es Portells et Sa Pujola flanquent le premier. Ils sont visitables et dotés d’un mirador. Quatre kilomètres de plages vous attendent, des plus urbanisées comme la plage de Blanes et celle de de S’Abanell aux plus secrètes : Santa Anna, Sant Francesc, Treumal…

Blanes la sportive

Voile, location d’embarcations avec ou sans pilote, plongée, pêche sportive, snorkeling, paddle ou encore surf pimentent les journées de baignade dans les eaux claires, surmontées du pavillon bleu. Des excursions sont prévues pour vous faire découvrir la côte depuis la mer. Blanes a été la première station de la Costa Brava à obtenir en 2007 la Certification de Tourisme Familial, et le souci de répondre à une demande intergénérationnelle est constant dans l’offre touristique de la ville. L’offre d’hébergement et de restauration s’adapte aussi à cette demande familiale. Tout autour, les parcs aquatiques et les cétacés du Marineland ravissent petits et grands. Tout l’été, Blanes est en fête, avec des animations, des concerts, des spectacles de rue dont le clou est la grande Festa Major avec son Concours International de feu d’artifice, créé en 1908.

Tout pour la fête

Il regroupe les meilleurs artificiers du monde et embrase la baie avec des créations graphiques magnifiques. Un juste équilibre entre plaisirs d’aujourd’hui et plongée dans la tradition. Tous les lundis, un marché coloré s’installe sur la promenade maritime, mêlant avec bonheur légumes et fruits du cru, objets d’artisanat et souvenirs. Blanes impose son style, à l’entrée de Costa Brava, plurielle et accueillante, bourrée de charme, prête à se laisser effeuiller.

Pas de commentaire

Poster un commentaire