VOTRE MAGAZINE N° 91 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 91 EST EN KIOSQUE

Bouleternère

29 Juil Bouleternère

Clic-clac,

Au milieu des vergers plantés de pêchers et de quelques maraîchages, apparaît, avec en arrière-plan la masse formidable, tutélaire du Canigó, le tertre qui accueille la montée des maisons de Bouleternère enroulées en spirale et en petites rues pentues autour de l’église, tout en haut. La silhouette du village a déjà quelque chose de médiéval, on devine l’existence antérieure de murailles et de portes, dont une partie subsiste, têtue, quasiment intacte.

Travelling avant

L’église, construite sur les deux anciens édifices romans et préromans impose son autorité tranquille, le double arrondi de son fronton et de son escalier et la beauté de son retable baroque. Tous les jeudis saints se tient ici une procession aux flambeaux humble et intime, qui rassemble bien plus que les habitants. Le clocher s’est tranquillement installé dans l’ancien donjon du château. La place domine le village dont les jardins et les terrasses en gradins débordent de fleurs par-dessus les vieux murs…

Zoom

Beaucoup des linteaux des vieilles portes, quelques embrasures de fenêtres sont en marbre rose du Conflent. On devine que les habitants mettent un soin jaloux à protéger ce patrimoine. Les entrées des maisons sont ornées de plantes. Quelques toits portent des sortes de crochets plantés dans les briques. Ce sont des espanta-bruixes, censés chasser sorcières et mauvais esprits, comme si le temps avait choisi de faire une pause juste entre Conflent et Roussillon.

Travelling arrière

En contrebas du village, le canal jette ses eaux bouillonnantes dans une profusion d’écume comme au temps où il actionnait encore les turbines et les meules des moulins, un or bleu aussi précieux aujourd’hui qu’hier puisqu’il conditionne, selon un réseau complexe régi par une répartition horaire qui commande à l’ouverture des vannes, l’irrigation de ces terres noires et fertiles qui ont donné en partie son nom au village, ternera, terra negra en catalan.

Flou artistique

En remontant vers Boule d’Amont, le long des gorges du Boulès, à un peu plus d’un kilomètre de Bouleternère, là où s’installe progressivement le règne des falaises pelées et des chênes verts, maigrement reflété par le petit filet d’eau de la rivière, visitez donc la jolie petite église de Saint Nazaire de Barbadell, une miniature pré-romane mentionnée dès le XIe siècle, revêtue d’une charpente voûtée et flanquée d’un joli clocher mur. Depuis 1997 elle fait l’objet d’une restauration soignée. Un petit bijou.

Contrechamp

En repartant vers Prades, le village présente un visage plus riant de petites maisons cerclées de jardins, certaines aménagées dans d’anciens mas. De retour vers la nationale à travers les vergers striés de canaux, petite halte à la chapelle sainte Anne, édifiée au XIVe siècle, également connue sous le nom de Notre-Dame du Congost. Sa nef recouverte de galets de rivière est surmontée d’un charmant clocheton crénelé. Un joli geste d’adieu pour un très joli village.

Pas de commentaire

Poster un commentaire