VOTRE MAGAZINE N° 109 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 109 EST EN KIOSQUE

CASTELLDEFELS, LA VIE DE CHÂTEAU !

05 Oct CASTELLDEFELS, LA VIE DE CHÂTEAU !

Ville côtière, chérie par les célébrités du Barça, Castelldefels déjoue les clichés et dribble habilement entre son majestueux château, sa vaste plage et sa rambla. En toute modestie et tranquillité. Châtelaine en chef !

Il est des lieux comme ça… Des lieux d’une simplicité désarmante, baignés par la Grande Bleue, bercés par les pentes feuillues du Garraf. Castelldefels fait partie de ces endroits en Catalogne où la magie opère instantanément. Parce qu’ici, dans cette ville côtière de près de 70 000 habitants, tout est si facile, si beau, si fort et doux à la fois que l’on se prend à s’imaginer sur une autre planète. Et ce n’est peut-être pas pour rien que l’astéroïde 72037 découvert à Begues en l’an 2000 porte le nom de Castelldefels. Une cité tombée du ciel et bénie des dieux au point d’être la favorite des grands joueurs du Barça ! Ceux qui savent aller droit au but ne s’y sont visiblement pas trompés. Et la liste de ceux qui ont élu résidence sur la colline du quartier de haut standing de Bellamar est impressionnante ! Parmi les « habitants de prestige », on a vu passer le brésilien Ronaldinho, l’un des meilleurs joueurs de foot de tous les temps. Aujourd’hui, vivent encore à Castelldefels, l’incroyable Léo Messi qui s’est offert le luxe de quatre maisons regroupées et un voisin non moins connu qui n’est autre que le footballeur uruguayen du FC Barcelone, Luis Suárez. Dans le sillage de ces grands champions, le basketteur catalan Marc Gasol a également opté pour le haut du panier des demeures de rêve à flanc de forêt avec vue sur mer. Dans un registre plus culturel, Lorenzo Quinn, qui n’est autre que le fils du célébrissime acteur Antony Quinn a choisi d’exercer son métier de sculpteur mondialement réputé depuis Castelldefels. Mais pourquoi Castelldefels ? Tout simplement parce que la pépite se situe à 5 minutes de l’aéroport du Prat de Llobregat et à seulement 15 minutes de Barcelone. Facile pour les déplacements internationaux, pratique pour rallier le Camp Nou pour les entraînements et surtout fabuleux pour la qualité de vie ! Vous l’aurez compris, Castelldefels, désormais surnommé le Beverly Hills du Baix Llobregat a su tirer son épingle du jeu. Attractive en diable, la ville peut en effet se targuer d’une plage métropolitaine de 5 km, d’une portion d’autoroute gratuite et d’un tourisme qui déjoue tous les pièges des phénomènes de masse. Sans ostentation, nimbée d’une élégante discrétion, Castelldefels joue la carte de la mesure et de l’ouverture. Sur la mer d’abord, avec vue plongeante sur la Méditerranée. Sur les autres ensuite, avec plus de 100 nationalités qui cohabitent dans une harmonie et une cohésion qui forcent l’admiration. Ici, les communautés, argentines, allemandes ou encore françaises sont parfaitement intégrées et hautement impliquées dans la vie associative. Une ouverture d’esprit qui fait la force de la ville, grâce à son multiculturalisme et à son plurilinguisme. Il n’est donc pas surprenant que de telles qualités aient progressivement acquis une certaine valeur… et fait monter les prix. Ainsi, Castelldefels fait chaque année la « une » des journaux en caracolant à la deuxième place des villes catalanes au revenu par habitant le plus élevé ! Juste derrière Sant Cugat, Castelldefels fait partie des cités de plus de 20 000 habitants où le revenu moyen se situe à 16 555 euros en 2019. Et par ricochet, le chômage se situe à 8 %. Avec seulement 4000 places hôtelières, Castelldefels mise sur un tourisme résidentiel et de proximité. Pas de buildings à touristes ni de grande concentration de clubs de vacances. On aime accueillir le visiteur d’un jour. On aime le séduire dans une atmosphère douce et tranquille. Des ramblas commerçantes de petit format, des commerces de proximité historiques tels que la pâtisserie Vivès, la charcuterie Galiot, la poissonnerie Colet, le mythique supermarché La Rosita ou encore la Bodega El Celler Vallès. Autant d’institutions incontournables qui n’ont pas cédé à la folie des grandeurs. Castelldefels plaît. Elle a le goût et le charme des villégiatures « anti bling bling ».

Dans le sillage de Barcelone

Pour autant, elle n’est jamais en retard sur son temps. Castelldefels possède en effet depuis 2007 la première plage catalane avec accès à la wifi. Connectée, branchée sans jamais lésiner sur sa tranquillité. C’est pourtant à Barcelone que Castelldefels doit sa force d’attraction. La cité qui tire son nom de Kastrum Felix (le château de Felix), également appelé Fels n’était au Moyen-âge composée que de « mas » dispersés. Il faudra attendre le XXe siècle pour deviner une authentique structure urbaine. Et c’est ainsi qu’à la faveur du développement économique de la voisine Barcelone, Castelldefels s’est transformé en lieu de villégiature estival des barcelonais durant les années 1950. En 1957, on comptait pas moins de 40 quartiers en construction ! Aujourd’hui alanguie entre les stations de Gavà et de Sitges, Castelldefels est littéralement coupée en deux par la route nationale et reliée par trois ponts comme autant de cédilles qui la ponctuent en toute harmonie. Ville récente certes, Castelldefels ne peut se prévaloir d’une présence humaine antique. Et pourtant… Elle bénéficie de la proximité immédiate de sites paléolithiques millénaires comme celui du parc de Vallparadis à Terrassa ou encore de la grotte des Géants à Sitges, vieille de 53 000 ans ! Plusieurs autres grottes, comme la Cova Fumada située entre Castelldefels et Sitges et la Cova Del Rinoceront permettent d’ancrer les environs dans la période du paléolithique moyen. On a également retrouvé des restes de l’Âge de Bronze d’un groupe humain à Can Baixeres. Ce qui retient encore aujourd’hui l’attention et attire le regard du visiteur, ce sont les tours de défense de la ville. Un chapelet d’édifices qui remonte au XIVe et XVe  siècle et qui donne son port altier à la cité. Construites pour défendre Castelldefels face à la menace des pirates musulmans et gênois, ces tours étaient munies d’un système d’alerte à feu. On retiendra la cylindrique Torre Barona édifiée en 1583, actuellement récupérée par la groupe hôtelier Soteras et l’Hotel Don Jaime. Carrée, La Torre de Can Valls de la Muntanyeta construite en 1560 complète le paysage de défense, avec la Torre Gabriel Folcher, la Torre de Climent Savall, la Torre de Can Roca de Baix, la Torre Antoni, la Torre Fael i Masia de Cal Patxoca, la Torre de Cal Moliner et la Torre Moruna qui ont en commun d’avoir été déclarées « Biens Culturels d’intérêt National ».

Plage de rêve…

Et c’est de cette époque de construction des tours que date aussi le fameux Castell de Castelldefels, emblème et symbole suprême de la ville. Perché à 60 mètres au-dessus du niveau de la mer et en surplomb de la ville, il se trouve au sommet d’une colline entre le massif du Garraf et Barcelone. Daté du XVIe siècle, même si une église préexistait au Xe siècle, il a été construit sur des vestiges ibères et romains. Pendant des siècles, il a permis de contrôler le territoire et de le défendre des invasions barbares. Très bien entretenu, la château se visite et offre une vue spectaculaire sur la ville et… la plage. Car s’il est un pôle d’attraction naturel contre lequel toutes les défenses tombent, c’est bien la plage de Castelldefels. Eté comme hiver, elle se savoure à l’envi sur 5 km de sable fin et 1150 mètres de largeur pour une superficie totale de 500 000 m2. Lovée entre la massif du Garraf et le fleuve Llobregat avec ses marais et ses roselières, cette vaste étendue est bordée par une agréable croisette maritime et constellée de petits xiringuitos où il fait toujours bon prendre la pause pour une coupette ou quelques tapas. Fréquentée par les familles, les sportifs et les amateurs de sports nautiques, cette douce grève s’invite comme un havre de paix, jamais surpeuplé. En mode « dolce vita », Castelldefels se savoure également aux tables du très tendance Fosbury, du très chic Casanova Beach Club ou encore à l’Embarcadero ou à l’Elefante sans oublier la Casa Andalucia. Spécialités méditerranéennes et produits de proximité répondent à l’exigence de qualité. Et s’il était un plat à ne pas manquer, la « tallarina » serait de ceux-là. Un mollusque à la saveur suave, cuisiné selon une recette bien gardée qui empêche de le considérer comme la classique telline ! « L’arros al conill », la paella au lapin, plus rare à trouver sur les cartes des restaurants fait également partie des incontournables de la gastronomie traditionnelle locale. Ville de bon goût, naturellement belle, Castelldefels jouit par dessus tout d’une nature luxuriante et apaisante offerte par le massif du Garraf. Verte et bleue. Toute en camaïeu, la cité des célébrités a su préserver toutes les nuances du bien vivre à deux pas de la tumultueuse Barcelone. Osez Castelldefels, c’est faire le pari d’une expérience à contre-courant et donner un coup de rame sur fond de canal olympique. Depuis les J.O. de 1992, Castelldefels n’a pas perdu sa flamme !

Pas de commentaire

Poster un commentaire