VOTRE MAGAZINE N° 90 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 90 EST EN KIOSQUE

EMPURIABRAVA SOUFFLE SES CINQUANTE BOUGIES !

02 Avr EMPURIABRAVA SOUFFLE SES CINQUANTE BOUGIES !

C’est la plus grande marina résidentielle du monde, un pied dans les aiguamolls de l’Empordà et la majesté de leur peuple ailé, le regard tourné vers la mer. Un projet un peu fou, devenu un must touristique international. Histoire d’une réussite.

Née des aiguamolls

Il y a soixante ans, cinq grands mas (qu’on appelle en Empordà des corrals) se partageaient un territoire de petit maraîchage et de pâtures grasses, drainé par des petits canaux creusés à la main. S’y rajoutaient quelques parcelles dessinées en longueur et cédées à des particuliers au cours du XIXe siècle, le tout bordé, à proximité immédiate de la mer, par une zone lagunaire foisonnante de roseaux, d’îlots et de végétation aquatique, les fameux aiguamolls.

La gloire de la Costa Brava

Le tourisme s’installait alors, à grand renfort de campagnes internationales, promues par le pouvoir franquiste et s’annonçait comme un nouvel Eldorado pour les investisseurs avisés, en particulier sur la Costa Brava, particulièrement accessible, même en train, et dopée par la beauté de ses paysages encore sauvages. Roses avait déjà pris ses marques de grande station balnéaire, Cadaquès et Tossa surfaient déjà sur leurs peintres. Tout était prêt pour la naissance d’Empuriabrava.

Sans autorisation

En 1964, le marquis de Sant Morí, propriétaire de quatre des mas précités, et grand admirateur de Port-Grimaud, s’allia à deux entrepreneurs locaux pour concevoir ce qui devait être au départ un aéro-club international, adossé à une zone résidentielle. Le projet se heurta d’emblée à une farouche résistance des petits propriétaires, si bien que les promoteurs entreprirent de creuser des canaux et de construire des routes, sans aucune autorisation officielle ! Des débuts plutôt rocambolesques pour une incroyable aventure.

Une petite Venise

Enfin, en 1967, le projet est approuvé par le conseil municipal et les travaux vont bon train pour créer un ensemble unique au monde, directement inspiré de Venise, avec son grand canal, ses canaux secondaires, son dédale de rues et ses infrastructures qui permettent d’y vivre à l’année à proximité de son bateau, dans l’un des plus beaux paysages du monde, la Costa Brava. Depuis 1980, Empuriabrava fait partie de la municipalité de Castelló d’Empúries, alors que sa population est largement supérieure à celle du village central.

Un canal jusqu’à Figueres

Les projets d’extension initialement prévus, assez pharaoniques, ont été bloqués lors de la transition démocratique par le jeune mouvement écologiste, soucieux de protéger ce qui est entre-temps devenu en 1983 un parc naturel sublime, celui des Aiguamolls de l’Empordà, réserve ornithologique gardienne d’un écosystème sans équivalent, offerte par les deltas de plusieurs fleuves côtiers comme le Ter, la Muga ou le Fluvià. Le canal navigable initialement prévu entre Empuriabrava et Figueres (si ! si !) ne verra donc pas le jour !

Hommage à la Méditerranée

2017 marque les cinquante ans d’existence d’une ville directement sortie des sables et de l’eau, dotée de 23 km de canaux navigables, de 5 000 anneaux et de 2 500 emplacements d’amarrage privés. Une ville amphibie qui ressemble tout à la fois, à la Floride, à Venise, à Bruges ou à Amsterdam, et qui se trouve dans une baie classée parmi les plus belles du monde, la baie de Roses. Esthétiquement, Empuriabrava est une réussite, un hommage à la Méditerranée et aux anciennes maisons chaulées des pêcheurs, un fantasme qui unit au lit de la mer, archaïsme et modernité.

Verte et vivante

Histoire d’égayer le duel du blanc et du bleu, 40 000 arbres ont été plantés un peu partout et dispensent une ombre bien venue dans les rues qu’ils humanisent. Dès que l’on pose le pied dans la ville, on est saisi par la douceur de vivre qui se dégage du clapotis de l’eau sur les pontons, par la convivialité qui rappelle les quais de Sète et fait s’interpeller les gens comme si la faconde méditerranéenne s’imposait aux visiteurs. Empuriabrava n’a rien d’artificiel, et c’est là tout son charme.

Plébiscitée

D’ailleurs, le succès fut immédiat. Allemands et Français ont répondu en masse à l’appel du soleil et de la mer, bientôt suivis des Néerlandais et des Britanniques. Depuis quelques années, Catalans et Espagnols se réapproprient cet espace initialement conçu pour les touristes. C’est là, une véritable consécration qui signe l’inscription de cette ville nouvelle dans le patrimoine vénérable de l’Empordà, à quelques encablures de la cité gréco-romaine d’Empúries et de l’ensemble médiéval de Castelló. D’ailleurs, certains bâtiments comme l’ancienne discothèque, viennent d’être classés monuments historiques par la Generalitat.

Habitée toute l’année

A l’année, 7 000 personnes habitent la cité lacustre, indifférentes à la tramontane et aux relatives rigueurs hivernales. Elles sont beaucoup plus nombreuses à l’intersaison et les week-ends, mais en été, le chiffre décuple ! Et il ne s’agit pas, contrairement à ce que l’on pourrait penser, que de plaisanciers. La capacité hôtelière, de plus de 1 000 lits, et surtout le camping, qui aligne fièrement 4 000 emplacements, sont pour beaucoup dans cet afflux. Il faut dire que la plage des Graëlls, avec ses 300 m de profondeur et ses 7 km de sable, satisfait tous les amoureux de la bronzette !

Des activités multiples

Tout est prévu pour que l’eau soit une source infinie de plaisirs : écoles de plongée, de voile, pêche au gros, jetski, douceur des plages, sorties en mer, cabotage le long des magnifiques calanques qui brodent l’arrondi de la baie, tout existe à Empuriabrava. A noter, en cas de mauvais temps, que l’arrière-pays est une véritable mine d’émotions patrimoniales et d’excursions inoubliables à pied, à cheval, à vélo, du village de Castelló au château de Perelada ou au monastère Sant Pere de Rodes. A Empuriabrava, l’ennui n’existe pas.

Vue du ciel

Le projet initial d’aéro-club duquel tout est né, a grandi avec la ville dont il est un des joyaux. Aujourd’hui, il est même devenu le premier centre européen de parachutisme sportif, en nombre de sauts, pas moins ! On y trouve aussi un « tunnel du vent » qui permet de tester en toute sécurité les effets et les joies de l’apesanteur, et un club privé d’aviation qui fait le bonheur de tous les passionnés et des touristes heureux de voir depuis le ciel, l’Empordà se fondre dans la mer en longues franges brunes et vertes.

D’éternelles vacances

Rajoutons le charme du port de plaisance situé au milieu de la ville avec son club nautique et la présence de deux zones commerciales, particulièrement adaptées aux attentes des différents publics, les terrasses des restaurants qui ponctuent les quais, les marchés d’artisanat… Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi Empuriabrava séduit tant de monde et fidélise sa population au point de réaliser des performances remarquées de densité de résidence hors saison. Elle respire un air d’éternelles vacances.

Cinquante bougies !

Pour fêter dignement l’anniversaire de la belle, un comité mixte a été mis sur pied, regroupant des élus, des administratifs et des citoyens engagés, placés sous la présidence du maire de Castelló, Salvi Güell, et s’est organisé en trois groupes de travail, respectivement chargés de la mémoire, des sports et loisirs, et de la prospective. A l’arrivée, un programme foisonnant, à la fois ludique et éclairant, pour tout savoir sur la belle sirène sans jamais s’ennuyer. L’agenda s’annonce serré !

Tous les bateaux

En avril, deux grands événements vous attendent, tout d’abord la foire du bateau d’occasion le week-end des rameaux, soit le 8 avril : quelle que soit votre recherche d’embarcation, à voile ou à moteur, de toutes tailles et de toutes matières, les chevaux des mers sont là, à portée de ponton, et souvent de porte-monnaie, dans une atmosphère parfaitement cosmopolite, bon enfant, qui rappelle les arrivées des grandes compétitions internationales. Une foire qui est d’abord une fête !

Le sens de la fête

Puis, le week-end suivant, la Via Crucis dans les rues médiévales de Castelló à deux kilomètres à peine, une procession prenante qui se déroule autour du retable gothique en albâtre du maître-hôtel de l’église, immuable depuis plusieurs siècles, qui vous plongera aux racines mêmes de la Catalogne. Après tant de recueillement, on s’amuse avec la foire du pain, ses batailles de farine, ses repas conviviaux gratuits, ses ateliers de galettes préhistoriques. Il y en a pour tous les goûts et tous les âges !

La mer à votre porte

Empuriabrava illustre mieux que tout autre, la métaphore de Maragall dans son poème l’Empordà, qui voit une jolie sirène et un jeune berger planter leur cabane en bord de mer. Elle est fidèle au peuple de pêcheurs, de vignerons et de bergers dont elle est issue et c’est cette authenticité qui la rend unique. Si unique qu’au bout de cinquante ans elle fait partie du patrimoine local et a trouvé sa place dans la mémoire européenne. « La mer à votre porte » disait la première publicité. 50 ans plus tard, le message fait encore sens.

Pas de commentaire

Poster un commentaire