VOTRE MAGAZINE N° 104 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 104 EST EN KIOSQUE

Fête des Vendanges de Banyuls-sur-Mer

04 Oct Fête des Vendanges de Banyuls-sur-Mer

Quand on est un prince des vignobles, un empereur des vins doux, un label mondial de plaisir, on se doit de fêter dignement la récolte des pépites dorées qui emprisonnent si joliment le soleil. Alors, pour fêter la vendange, Banyuls fait les choses en grand du 9 au 13 octobre !

A Banyuls, tout semble né pour nourrir les précieux breuvages arrachés à la vigne à force de travail, de coteaux sculptés, de pierres posées, de savoir-faire et d’amour. Autant de tâches collectives, qui font de la vendange une chorégraphie impeccable autant qu’un mystère partagé. Voilà qui mérite bien une fête ! Gérard, vigneron dans les hauteurs du côté de l’Albère, confirme : « il a toujours été de tradition, chez les vignerons d’ici et d’ailleurs, de célébrer la fin des vendanges en invitant les colles de cueilleurs, les partenaires, la famille élargie et même les clients à une grande grillade conviviale généralement bien arrosée, histoire de rendre à Bacchus ce qui lui appartient et de fermer le cycle annuel de la vigne pour ouvrir le suivant ». à Banyuls, ce rendez-vous traditionnel, d’abord dignement fêté dans chaque domaine, devient une sorte d’offrande collective aux Dieux du Soleil et de la Mer qui ont si richement doté cette terre bénie, en lui donnant la grâce de sourdre un nectar incomparable.  Depuis 24 ans, la fête familiale s’est élargie pour devenir la plus grande fête de l’année, célébrée par plusieurs milliers de visiteurs, 7000 en 2018. Au-delà des plaisirs simples de la dégustation, elle s’impose comme une valorisation des produits du cru et des acteurs locaux, en l’occurrence quelque 35 domaines particuliers et trois caves coopératives qui portent haut les couleurs des breuvages banyulencs à force de travail minutieux et sur-mesure, tout à fait digne de la haute-couture ou de l’industrie de pointe. Car c’est dans les domaines que commence la fête des vendanges qui s’avère être une somme de célébrations, puisque chaque vigneron organise ses propres activités œnotouristiques, axées sur les balades dans les vignes, les ateliers de dégustation, les alliances mets-vin, le partage de connaissances et de savoir-faire, la consommation avisée de tapas et de grillades. Si bien que de la journée initiale d’autrefois, on est aujourd’hui passé à une semaine de festivités, du mardi au dimanche, dont le week-end, bien sûr, en ce début d’automne, est le point d’orgue. à toute réussite, il y a une origine. En 1996, Monique Sapéras, institutrice, reprend avec son mari la terre familiale, le domaine Vial-Magnères où ils élaborent ensemble le premier Banyuls blanc. Son rêve est de transmettre sa passion aux plus petits. Elle créée alors la vigne des enfants, entendez par là une opération d’initiation aux travaux de la vigne (taille, remise en état des murs de pierres sèches, vendange, mise en bouteille, design des étiquettes), encadrée par des vignerons retraités et menée sur une parcelle de terrain donnée par la Mairie.

Faites la fête !

La récolte est vinifiée à la coopérative, comme celle de beaucoup d’autres vignerons, et ses bénéfices vont à la coopérative scolaire : une magnifique opération transgénérationnelle, chargée de sens et d’histoire. En un mot, exemplaire ! Les élus de l’époque, au premier rang desquels le maire, Pierre Becque, se saisissent de l’aubaine : pourquoi ne pas organiser une vraie fête de fin de vendanges ouverte à tous, et tant qu’on y est, remettre au goût du jour le transport du raisin par mer, pour les coteaux côtiers les plus abrupts ? La fête des vendanges était née, mais elle a beaucoup – et bien- évolué ! Aujourd’hui, 17 associations banyulencques, pas moins, participent à son élaboration autour de la ville de Banyuls et du Syndicat des vignerons, unanimement reconnu pour son efficacité et son engagement ! « Le Syndicat des Vignerons de la Côte Vermeille a pour vocation de défende les appellations d’origine contrôlée Banyuls, Banyuls Grand Cru et Collioure. évidemment au-delà du vin, on défend la préservation des terroirs, la mise en valeur des traditions locales, les savoir-faire : on ne peut pas séparer un cep de sa terre. « On est les gardiens de la mémoire et aussi du paysage. Ici, il est né des mains des vignerons avec son système de terrasses et de murettes si caractéristiques » déclare Clémentine, du Domaine Tambour. « Il est donc logique que l’on participe ».

Ateliers cuisine

Autre grand acteur de la journée, l’incontournable chef étoilé Pascal Borrell, le prestigieux local de l’étape installé au Fanal, organise pour l’occasion des ateliers de cuisine : « Tout ce qui met en avant la spécificité de notre terroir est créateur d’énergie positive, non seulement en termes d’animation, mais surtout en termes de transmission aux générations de demain. éduquer le goût, faire prendre conscience aux gens qu’il est en lien étroit avec la nature, c’est primordial. Alors, je réponds toujours présent ». Les ateliers de cuisine organisés dans le restaurant du Laboratoire Arago reposent sur des recherches d’accords mets-vins qui mettent tous les sens à l’épreuve de la plus agréable des façons. De leur côté Les Toques Blanches du Roussillon, présidées par Jean Plouzennec et la Chambre de Commerce et d’Industrie, organisent directement en bord de plage, un concours de cuisine honorifique réservé aux lycées professionnels des Pyrénées Orientales qui crée l’émulation. « Pendant cinq jours toute la ville est à l’heure de la vendange », confirme Béatrice Soubielle, chargée de communication de la commune. « Dans le hall de la mairie ou au Domaine Madeloc, des expositions plastiques explorent le thème du vin. Le marché de terroir est étendu et varié, avec des dégustations de produits de la mer, et un accent sur nos olives et nos vinaigres.  Tous les domaines proposent des rencontres avec les vignerons qui ouvrent une toute autre perspective à la dégustation.

Cinq jours de liesse

Le samedi, les enfants pressurent joyeusement leur vendange arrivée à dos de mulet, comme le faisaient autrefois leurs aïeux. évidemment il y a aussi de la musique, des fanfares, des spectacles, des conférences, des projections salle Novelty, ce sont toutes les forces vives de la ville qui s’unissent pour qu’à Banyuls, le manège ne s’arrête pas. Le point d’orgue absolu a lieu le dimanche avec la bénédiction de la récolte de l’année dans l’église et les intronisations solennelles des nouveaux confrères du cru, et surtout, le repas sur la plage ». En effet, ce repas des colles est un moment d’anthologie ! Qu’il soit tiré du sac et grillé sur l’un des emplacements installés sur la plage, ou bien acheté dans l’une des nombreuses guinguettes, il est toujours rythmé et égayé par les dégustations des vins des 35 domaines, avec cette année, outre le modique forfait dégustation, la possibilité d’acheter pour 5 euros un magnifique verre incassable à l’effigie de la fête qui est à l’éco-cup ce qu’un escarpin est à une espadrille ! 

Eco-responsable

En effet, les verres jetables sont bannis ! Il sera disponible, ainsi que les indispensables bandanas et chapeaux, dans le hall de la mairie.  Faut-il le dire, tous les restaurants du village sont de la partie, avec des repas thématiques associés à des vins du cru concoctés par les meilleurs chefs ! A 15 h 30 enfin, c’est l’arrivée par mer de la vendange, immémoriale et belle, à bord de jolies barques catalanes chargées de comportes ruisselantes de grappes mûres. Et bien sûr tout finit en musique vers 17 h 30, avec les fanfares, les groupes, et pour clôturer cette fête haute en couleurs dans les pastels d’une pente douce, une immersion dans le son chaloupé des havaneres et le parfum sucré du cremat ! Si vous aimez allier le plaisir et la conscience citoyenne, sachez aussi que Banyuls s’engage dans la lutte contre les emballages de plastique qui polluent les mers.

Faites la fête !

Les commerçants limitent les plastiques à usage unique pour proposer des emballages en papier ou en carton, et les déchets plastiques sont gérés dans des points de recyclage.  à quai, le célèbre bateau écologique de la Fondation Tara Océan, emblématique du combat pour la préservation de l’environnement, sera visitable. Il est même la prestigieuse guest-star de cette 24e édition ! C’est un peu ça, le miracle de Banyuls. Comme les colles réunies avec ferveur autour du noble fruit de la vigne, la ville sait fédérer toutes ses énergies et conjuguer ses talents pour regarder, mains tendues et sourire aux lèvres, l’autre qui vient lui rendre visite en nombre et l’avenir, dont la voile, déjà, égratigne l’horizon bleu.

Pas de commentaire

Poster un commentaire