VOTRE MAGAZINE N° 88 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 88 EST EN KIOSQUE

Jacint Verdaguer

03 Fév Jacint Verdaguer

Jacint Verdaguer i Santaló est né en 1845 à Folgueroles, dans la région de l’Osona, au sein d’une famille paysanne. Il fut ordonné prêtre à Vic en 1870. En 1873, il tomba malade et décida, pour bénéficier de l’air marin, de devenir aumônier à bord d’un paquebot assurant la liaison régulière vers Cuba. Ce vaisseau appartenait au marquis de Comillas dont il devint le confesseur à son retour, vingt mois plus tard, totalement guéri. En 1884, il voyagea en France, en Allemagne et en Russie. En 1885, il fit un pèlerinage en Terre Sainte. L’évêque Torras i Bages le qualifia de Prince des Poètes Catalans et l’évêque Morgades le couronna, au monastère de Ripoll, Poète de la Catalogne. Vers 1889, Jacint Verdaguer connut une crise profonde spirituelle qui fit vaciller ses convictions et le conduisit à chercher la purification de son âme. Cette période critique le conduisit à pratiquer l‘exorcisme et le spiritisme au grand dam de sa hiérarchie qui en arriva même à lui interdire de dire la messe, le précipitant dans une terrible dépression. Le conflit s’étala dans la presse. Finalement, il fut réhabilité et nommé à l’église de Bethléem de Barcelone où il vécut dans le dénuement le plus total. En 1902, il fit une rechute de tuberculose et fut transporté à la Villa Joana de Vallvidreda (Barcelone) où il mourut. Cette maison abrite actuellement un musée consacré à sa mémoire. Son enterrement attira une foule immense, et marqua durablement la mémoire barcelonaise. Quelques-uns de ses poèmes et de ses chansons font désormais partie de la culture populaire catalane, comme l’Emigrant et le Virolai à la Vierge de Montserrat patronne de la Catalogne.

Le Prêtre poète

Parmi sa production pléthorique, citons l’Atlantide (1877), un poème épique qui célèbre les forces créatrices et destructrices de la nature, et qui fut tout de suite traduit en italien, en français et en espagnol, ainsi que Canigou (1886), un autre poème épique écrit dans la plénitude de sa maturité poétique. C’est le grand poème dans lequel il chante les origines légendaires de la Catalogne chrétienne à travers le récit d’histoires chevaleresques et de légendes d’origine populaire. Parallèlement à son œuvre poétique, il dirigea les revues L’Atlàntida, La Creu del Montseny et Lo Pensament Català.

Pas de commentaire

Poster un commentaire