VOTRE MAGAZINE N° 107 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 107 EST EN KIOSQUE

L’Ampolla, Porte du Delta de l’Ebre

03 Fév L’Ampolla, Porte du Delta de l’Ebre

Drôle de bouteille que cette Ampolla des abords du Delta de l’Ebre ! Elle se boit sans modération, elle se savoure les pieds dans l’eau, hiver comme été. Toujours avec un plateau de fruits de mer, sans oublier la fameuse huître de l’Ampolla. Une destination à contre-courant, entre rivages, nuages et coquillages.

L’Ampolla. Pour qui connaît un peu le catalan, c’est la promesse immédiate d’une bonne bouteille ! La promesse d’une expérience à déboucher sans modération. Un bouchon que l’on fait sauter en attendant de se laisser surprendre. Ou encore une bouteille à la mer. De celles qui invitent instantanément au voyage et aux belles histoires. Et force est de constater que ce village de 3 000 habitants situé aux portes du Delta de l’Ebre porte tellement bien son nom. L’Ampolla, c’est en effet cette bouteille petit format qui ouvre vers un horizon insoupçonné. Des hôtels qui se comptent sur les doigts d’une seule main. Des édifices retenus. Des ruelles passantes à taille humaine. Une splendide promenade équipée d’une passerelle à flanc de roche et huit plages qui jouent la couronne parfaite. Ici, le tourisme déjoue gracieusement tous les clichés et fuit les masses. L’Ampolla se déguste entre une aube rosée et un coucher de soleil rougeoyant. Toujours dans la nuance et le respect de la nature environnante. Oser goûter à l’Ampolla, c’est revenir à l’essentiel, c’est se laisser bercer par les vents et laisser rouler sa rétine au creux de la vague. Poésie pure d’un éco-tourisme qui a le vent en poupe. Il faut dire que l’Ampolla est bénie. Fille de la Méditerranée et de l’Ebre, sa physionomie est née de la fusion entre la mer et le fleuve, entre le sable et les vagues. Généreusement dotée des contours d’une amphore, elle forme une mer intérieure aux mensurations parfaites. Une baie à croquer, un plateau d’alluvions gorgé d’étangs qui s’amusent à répondre aux falaises et aux rizières voisines. à cette sirène-là, les pêcheurs et navigateurs n’ont évidemment su résister. Dès le XVIe siècle, les familles de pêcheurs se sont installées à l’Ampolla, marquant à jamais l’identité de ce petit port côtier. Comme pour mieux la bénir, on raconte que le Pape Adrien était parti de l’Ampolla pour rejoindre Rome. Ce n’est pourtant qu’à partir du XIXe siècle que tous les chemins ont mené à l’Ampolla. En provenance de Tortosa d’abord, puis de toutes les grandes villes catalanes, on vient se délecter de cette cité au tempérament aussi discret que trempé. Les « Ampollers » ont en effet dû se battre jusqu’en 1990 pour se séparer définitivement du village voisin du Perello. Indépendante depuis seulement 20 ans, l’Ampolla savoure aujourd’hui sa liberté ! Fière et sauvageonne à la fois, elle s’est employée à récupérer et à partager son riche passé marin et maritime. Grâce à sa criée, à ses pêcheurs, à ses ostréiculteurs, à ses familles de marins, l’Ampolla s’interdit le naufrage du tourisme de masse. Ici, les mains des hommes disent le labeur, les yeux des femmes, l’amour de la mer. Jamais de tables sans poissons frais ni fruits de mer. Huîtres, moules, dorades et langoustines à volonté. Jamais d’activités qui ne respectent pas l’identité. Il n’est ainsi pas meilleure mise en bouche que la découverte du Mirador de la Badia. Depuis 2013, Xavi Cabrera, aquaculteur depuis plusieurs générations, embarque les curieux à bord de son bateau de pêche pour une expérience unique vers un lieu incroyable mais vrai… Un  mirador flottant, une plateforme en bois montée sur pilotis ! Au cœur de la baie, au milieu des tables ostréicoles, Xavi pirate les mauvaises ondes et distille toute l’histoire de ses ancêtres et de son activité. à voix nue, à cru, les yeux dans les yeux, les mains dans les cordages, il partage son expérience. Certains visiteurs, émus par la beauté naturelle du lieu se sont pris à comparer le « Mirador de la Badia » aux Seychelles ! Plus qu’un dépaysement, un précieux moment de transmission, appuyé par une expo flottante et évidemment un repas de fruits de mer arrosé de cava ! Discours de vérité, difficultés de survivre avec ce type d’activité, pollution, non respect de l’environnement… Xavi ne triche pas et les visiteurs ne s’y trompent pas non plus. Ici, c’est le royaume de l’authenticité. à terre, au port, sur les plages ou au pied des sublimes falaises, l’appel du naturel et de la nature fait écho.

Une mer d’oliviers

Parmi les itinéraires de découverte mis en place par la mairie de L’Ampolla, ne manquez surtout pas le chemin de ronde entre L’Ampolla et L’Ametlla de Mar qu’empruntaient les contrebandiers à la nuit tombée. Un lacet suspendu, vierge de toute construction. à fleur de roche, de crique en crique, dans le miroir de l’azur, les falaises reflètent une gamme chromatique magique. Ici, l’ocre doré et le rouge baiser tranchent avec le vert-bouteille des pinèdes. En contrebas, toujours la mer. Protégée et bichonnée par les Ampollers. Si bien que les eaux de l’Ampolla se sont transformées en paradis pour les plongeurs. Colonies de posidonies, prairies d’éponges et d’anémones de mer constituent une biodiversité à l’état pur. Les espèces rares ont trouvé dans la baie qui borde l’Ampolla un indiscutable paradis naturel. De même que les plages peuvent ici se targuer de flotter sous pavillon « plages vierges ». Un label décerné à de rares plages à condition que leur sable, leurs galets et leur végétation ne soit aucunement altérés par l’homme. Sur les huit plages de l’Ampolla, celle des Capellans et Del Baconé offrent une atmosphère sauvage quasi hypnotique. Deux bulles de quiétude, constellées de petits cailloux noirs et blancs. Baignée d’eau, L’Ampolla possède une autre mer inattendue… Une mer d’oliviers à perte de vue ! Leurs petites feuilles aux reflets d’argent viennent illuminer les champs ponctués de vieilles maisons paysannes et de murets de pierres sèches. Souvent concurrencés par les caroubiers, ces oliviers qui aujourd’hui produisent une huile de très grande qualité, ont été plantés en creusant dans la croûte calcaire, appelée le « taperot ». Une croûte que les paysans ont enlevée pour construire leurs petits mas. Aujourd’hui ce paysage singulier, bien ordonné et bien entretenu est considéré comme un inestimable patrimoine naturel par lequel les visiteurs peuvent se promener à vélo. Et comme s’il fallait ponctuer ce paysage d’une insensée beauté, d’où que l’on se pose, le phare de la Pointe du Fangar accroche le regard. Une tour d’une blancheur immaculée de 20 mètres de haut posée sur un désert de sable. C’est ce décor lunaire et spectaculaire que le groupe irlandais U2 a choisi pour tourner un de ses clips il y a quelques années. Aussi inspirant qu’imposant, ce phare est aujourd’hui devenu iconique et l’un des plus caractéristiques et singuliers des Terres de l’Ebre. Symbole de protection, d’espoir, il est un appel aux forces d’ancrage. Ancrés dans leur baie, arrimés à leur nature, les habitants de l’Ampolla semblent avoir reçu en héritage une force à toute épreuve. Observateurs, patients, accueillants, ils portent en eux une générosité naturelle. Il suffit de s’installer en terrasse de restaurant pour expérimenter la proximité et ce sentiment de se sentir comme à la maison. à l’Ampolla, pas de constructions ostentatoires, pas de musées, ni de casinos ni de macro discothèques.

Ici, à la manière des flamands roses qui peuplent les étangs, on prend le temps de suspendre son vol. à l’écoute, au calme. à la confrérie des pêcheurs, le président Josep Molina vous recevra comme un matelot digne d’embarquer sur le bateau des souvenirs d’un port de pêche pas comme les autres. Un port où tout le monde se connaît, où l’on est vite recommandé. Esprit de corps, esprit de famille et ouverture aux autres. à contre-courant de la majorité des stations touristiques de bord de mer, l’Ampolla flotte lentement mais sûrement. Au rythme des journées de nettoyage collectif des plages ou des « Journées Gastronomiques de l’Huître » qui depuis 30 ans réunissent près de 3 000 visiteurs pour savourer 2 500 kg d’huîtres ! à l’Ampolla, nul besoin de chercher à créer l’événement. La nature se suffit à elle-même pour toucher le cœur de ceux qui sauront reconnaître sa vérité. Plus qu’une bouteille à la mer, un message de lenteur et de bonheur simple. 

Pas de commentaire

Poster un commentaire