VOTRE MAGAZINE N° 103 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 103 EST EN KIOSQUE

Le Gironès : ÉLOGE DE LA PROMENADE

01 Fév Le Gironès : ÉLOGE DE LA PROMENADE

Parfois éclipsé par sa rutilante capitale, le Gironès est une belle comarca. Un tout en un à deux pas de la mer : des volcans, des forêts, un patrimoine remarquable et un accueil toujours au top.

Visiter le Gironès, c’est s’abandonner à une itinérance tranquille dans l’espace et le temps. Musarder comme son fleuve, le Ter, entre la chaîne basse des Gavarres et la vallée de Llémena. Traverser des paysages contrastés mais toujours doux au regard. Se jucher sur un mirador comme le sommet de Rocacorba, pour contempler la comarca à l’infini. Mais surtout, se laisser surprendre ! Bien sûr vous pouvez opter pour la rationalité et vous rendre au centre d’interprétation du territoire de Sarria, une structure spécialement créée pour les visiteurs du Gironès qui vous proposera toutes sortes d’itinéraires en fonction de vos goûts, de votre moyen de locomotion, de votre âge et du fait que vous soyez ou non accompagné d’enfants. Une belle initiative. Nous avons choisi de vous entraîner au hasard des routes, mais vous pouvez bien sûr conjuguer les deux pour découvrir les secrets d’une terre ancienne, rurale, qui n’a jamais refusé les défis de la modernité et de l’histoire. L’un des points les plus typiques de la comarca reste la Vall de Llémena au nord-ouest. Proche de la Garrotxa, cette terre volcanique possède le volcan éteint au cratère le plus large d’Europe (1,2 km), le volcan de la Crosa. Plus étrange encore, celui-ci est doté d’un second cratère creusé dans le précédent par une explosion ultérieure. Sous le cratère, une énorme poche d’eau, une sorte de caldeira souterraine, s’est formée. Les marécages dont le volcan était recouvert ont été asséchés au XVIIIe siècle mais l’eau affleure. En plein milieu d’une verte prairie s’élève un petit ermitage. Le lieu est vraiment singulier. Et la nature ne s’est pas arrêtée là, puisqu’elle a dessiné à côté de Canet d’Adrí, en contrebas, des gorges incroyables composées de grandes alvéoles de lave comme autant de piscines superposées, une vraie curiosité géologique. Tout en haut, le sanctuaire de Rocacorba, garde dans son abside et son clocher carrés la mémoire du château qu’il fut. La vallée regorge de petites églises et d’ermitages, mais la mention revient à Sant Pere de LLorà, une merveille romane au grand clocher carré entourée de petites maisons de pierre. Lors de la restauration, la construction préromane (IXe siècle) a été retrouvée presque intacte ! Plus au sud, à côté de Vilablareix, en plein milieu des champs de fourrage s’élève une étrange tour trapue, la Torratxa, qui remonte au IIe siècle de notre ère ! Ne ratez pas non plus le très joli village d’Aiguaviva ou encore la centrale électrique moderniste de Bescanó dont la cascade est décorée de monstres préhistoriques… Petite halte indispensable à Fornells. Juste devant la gare s’élève la maison du gouverneur, datée du XVe siècle. La porte est voûtée en plein cintre. Juste à l’endroit où s’amorce l’arrondi, on distingue très nettement une encoche de mezuzah destinée à accueillir un petit rouleau portant des textes de la Torah. Ici vivait autrefois une famille juive. Dans le Gironès, les siècles se bousculent.

Et la mer, là-bas

Si la comarca est très industrielle et artisanale, l’agriculture n’y a pas dit son dernier mot et les champs mangent les paysages : luzerne, colza, maïs, maraîchage, quelques oliveraies, il n’est donc pas rare sur les jolies petites routes, de croiser un tracteur ! Cap sur le sud pour rejoindre le joli village de Llagostera : si l’ensemble médiéval a souffert, notamment pendant la guerre d’Espagne, la beauté architecturale subsiste, notamment dans la nef de l’église gothique et le geste protecteur des remparts. On peut même accéder à la Tour de la Prison pour contempler la Vall d’Aró toute proche derrière le Puig de les Cadiretes (518 m), celui-là même qui domine la belle ville de Tossa de Mar encore blottie dans ses murailles. Le Gironès est un amant courtois, il flirte avec la mer mais ne la touche jamais ! Sur cette terre du nord du Principat très vite reprise aux Maures, le Moyen-Âge a laissé des merveilles parfois éclipsées par le rayonnement de Girona ou simplement méconnues comme la vieille ville de Flaçà, seulement accessible par trois portes ouvertes dans ses remparts, qui offre aux curieux un ensemble préservé, avec ses petites places et ses maisons seigneuriales aux embrasures de marbre. Madremanya, au pied des Gavarres, présente une physionomie médiévale et rurale, prisée des réalisateurs de films et de publicités.

Vu du ciel

Au-dessus de Medinyà, le château, documenté dès 1077, couronne encore la colline mais il n’est pas visitable car les Marquis de la Torre l’habitent encore et sont même les « seigneurs » des terres alentour ! à Cervià de Ter, le monastère bénédictin de Santa Maria, fondé en 1057, le plus ancien de toutes les comarques gironines, a gardé toute sa splendeur passée et présente des fresques et des peintures du XIIe et XIIIe siècle ainsi qu’un cloître de toute beauté. Enfin, pour prendre de la hauteur, rien de tel que le sanctuaire dels Àngels (des anges), au sommet des Gavarres, un petit lieu très visité car c’est ici que Gala et le divin Dalí se sont dit oui en 1958 ! Un petit restaurant s’est installé juste à côté, histoire de joindre le beau à l’agréable. Outre cet indéniable plus anecdotique, le panorama est à couper le souffle. On distingue au nord, au sud et à l’ouest toutes les chaînes de montagne qui rythment la Catalogne, des Pyrénées à la frange dentelée des montagnes de Montserrat, un cirque grandiose. Même impression de grandeur en visitant le peuplement ibère de Sant Julià de Ramis, un oppidum surmonté de restes de cabanes et de pans de remparts.

Courir et parcourir

Les Romains y bâtirent par la suite un château défensif qui dominait la via Augusta, aujourd’hui matérialisée par la route et l’autoroute. Autre enchantement, juste derrière Girona, la Vallée de Sant Daniel, une vallée ombreuse, ténébreuse, striée de nombreuses fontaines – fontaine d’en Pericot, fontaine d’en Fita, fontaine des Lions, fontaine du Fer – qui abrite un monastère roman. C’est un lieu de pique-nique, d’excursions, une vraie campagne à deux pas de la ville. Dans un tel cadre naturel, le Gironès offre des excursions sans limite aux randonneurs en mal de hauteur, aux cyclistes et vététistes téméraires, aux ornithologues, aux simples amoureux de la nature. La voie verte, qui part de Girona d’un côté vers Sant Feliu de Guíxols et de l’autre vers Olot, le long de l’ancienne voie ferrée, est une mine de découvertes et de surprises : mas endormis au milieu de paysages toscans, villages vus sous un angle inconnu, fontaines inattendues, le plaisir est au rendez-vous !

Même chose pour la voie verte et bleue le long du Ter, une vraie merveille pour tous ceux qui aiment la nature, les écluses, les canaux d’arrosage et ne dédaignent pas de jouer les Indiana Jones ! Évidemment, les Gavarres et la Serralada Littoral ne demandent qu’à vous prendre sur leur dos pour vous amener jusqu’à leurs plus beaux ermitages…

La quête du goût

En Gironès, si vous avez envie de bouger, les occasions ne manquent pas avec toujours à la clé, des endroits magnifiques. Et la végétation n’est pas en reste. à Bordils, laisser vous entraîner dans la route des arbres monumentaux, 12 km tranquilles en terrain plat, qui vous feront croiser de vieux mas, des peupliers, des micocouliers, des frênes, des platanes, des bouleaux, des rouvres, des saules, et l’incroyable chêne vert du moulin. Partout, le Gironès ouvre des petites routes rurales, des chemins forestiers qui invitent à la promenade. Pour vous remettre de vos émotions et de vos efforts, la comarca s’impose comme un must gastronomique. Il faut dire que son activité principale, qui lui permet d’afficher le plus haut niveau de vie de la péninsule après les Baléares, c’est l’agro-alimentaire. Des restaurants rustiques les plus modestes aux grandes tables étoilées, les produits travaillés en kilomètre zéro, traçables et le plus souvent relevant de l’agriculture ou de l’élevage bio ou raisonnés, sont excellents. Riz mijoté à la casserole, pieds de porc, escargots, agneau grillé, veau… Même s’ils ne sont pas vraiment autochtones, les poissons et crustacés de Méditerranée, pêchés à quelques encablures à peine, sont du voyage pour des « mars i muntanyes » incomparables. Pour le dessert ne ratez pas les xuixos (prononcez chouchou) de Girona, et surtout n’oubliez pas le petit verre de Ratafia, le tonique local ! Le Gironès, remarquablement desservi par voie routière, ferroviaire et aérienne, à deux pas de la France et de la mer, réussit la prouesse d’être à la fois industriel et rural, trépidant et serein. Une destination de week-end idéale et foisonnante à effeuiller toute l’année…

Pas de commentaire

Poster un commentaire