VOTRE MAGAZINE N° 102 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 102 EST EN KIOSQUE

LES MONTAGNES DE PRADES, DES CHEMINS D’EAU ET DE PIERRE

01 Avr LES MONTAGNES DE PRADES, DES CHEMINS D’EAU ET DE PIERRE

Et jordi nous a annoncé la couleur : « les montagnes de Prades sont idéales pour les gens qui veulent bouger et tester leurs propres limites ». Évidemment la première activité sportive offerte par ce massif accidenté, c’est la marche, dans le pas des paysans d’autrefois, de mas en mas, d’un ermitage à l’autre, d’une vallée à l’autre. Le sac à dos a remplacé le bât des mulets mais les chemins pierreux, bien entretenus, souvent bien balisés, garantissent la sécurité des marcheurs.

L’eau dans tous ses états

Parfois, ces routes primitives rurales croisent des chemins de pèlerins en route pour Saint Jacques ou Poblet et celles des bûcherons et charbonniers qui ont littéralement écumé les forêts pendant plusieurs siècles. Depuis les nombreux sommets, dont le roi reste le Tossal de la Baltasana, la vue est extraordinaire et d’ailleurs, dans ce cas précis, guidée par la rose des vents de la table d’orientation. Sur d’autres pics se dresse une croix de fer. Au hasard des sentiers, les rochers dessinent des silhouettes étranges, comme cet éléphant de pierre tendant la trompe, qui forme une sorte de voûte au-dessus du chemin, à la Roca Foradada, près de Prades. Ces centaines de sentes et de chemins tissent sur les montagnes une véritable résille, et vous mènent des bois de chênes aux bois de pins, de la garrigue aux cultures de la vigne et de l’olivier, des falaises calcaires aux prairies. Une explosion de sensations, de couleurs, d’odeurs, que vous pouvez également choisir de parcourir à cheval ou bien en VTT. Sensations garanties ! N’oubliez surtout pas votre appareil photo. Il n’est pas rare de surprendre la fuite du cabriol, la chèvre sauvage autochtone, ou le vol gracieux d’un rapace au-dessus des cimes. Vous êtes un inconditionnel de l’eau ? Vous n’allez plus savoir où donner de la tête ! Et il ne s’agit pas seulement des sources fraîches où remplir votre gourde. Sur le barrage de Siurana, aviron, canoë-kayak et volley de plage vous attendent de pied ferme avant que l’entrée dans l’été ne permette la baignade.

Toujours plus haut

Gemma, membre du Club nautique de Cornudella de Montsant (sic) adore l’endroit. « quand on dit qu’on a un club nautique, les gens sourient, ça fait un peu flotte du Liechtenstein, mais quand ils voient le lac de Siurana, ils sont époustouflés ! » Amoureux du canyoning, vous avez trouvé votre nirvana ! Les cours de la Glorieta au sud, et du Brugent au centre, regorgent de cascades, de gouffres, de parois, de marmites, de toboggans à dévaler dans des eaux pures. Les spots de la serra de Prades et du Mas Frares sont particulièrement prisés toute l’année, mais rien n’égale sans doute le Congost de les Fous, sur le Brugent, des gorges spectaculaires. Nous écrivons « toute l’année », car les rigueurs de l’hiver permettent de varier les plaisirs avec des escalades de cascades gelées ! Bien sûr dès qu’il fait chaud, tous ces cours d’eau deviennent le paradis des baigneurs, de véritables oasis, comme le Niu de l’Àliga à Alcover. Dès le printemps, ils sont en outre un cadre merveilleux pour des pique-niques bucoliques et paisibles qui valent bien le petit effort nécessaire pour y accéder. Comme le laissent aisément deviner les très nombreuses falaises, les innombrables barrières rocheuses, et le dénivelé impressionnant des gorges, l’escalade est un des sports rois des montagnes de Prades avec des spots si prisés qu’ils attirent des grimpeurs venus du monde entier. D’ailleurs nous croisons des grimpeurs australiens qui sortent leur équipement du coffre de leur voiture. Ils ont l’air médusé par la beauté des paysages ! Chaque site propose des dizaines de passages avec des prises variées de fissures, d’aplats et de réglettes : Siurana, Arboli, La Febró, la Mussara… Il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux, d’autant que l’Office de Tourisme de Prades vous propose des guides certifiés pour accompagner toutes vos audaces !

286 km² de bonheur

Pour tous ceux que le rêve d’Icare n’a pas quittés, Arbolí est un centre de parapente actif et apprécié : sans doute la meilleure façon d’embrasser du regard toute la beauté des montagnes de Prades, inscrites au patrimoine universel de l’humanité par l’Unesco dès 1992 ! Jordi précise : « elles sont classées « site d’intérêt national» en attendant leur classement en parc naturel mais leur situation géographique, à cheval sur plusieurs comarques (le Baix et l’Alt Camp, la Conca de Barberà, le Priorat et le Montsant), rend l’opération très complexe ». Au nord, le parc naturel du Montsant mord sur leur territoire, frôlé par le site naturel de la vallée de Poblet, une série de sentiers aménagés dans une vallée riante et belle. De nombreux itinéraires thématiques traversent la verticalité des montagnes : la Route cistercienne, conçue autour des monastères royaux de Poblet, Santes Creus et Vallbona de les Monges ; la route de l’Art rupestre, qui permet de découvrir les quelque 40 grottes ayant abrité nos ancêtres préhistoriques, disséminées dans les montagnes ; les chemins de Saint Jacques qui passent par Ulldemolins avant de tracer sur Mequinença dans la Franja de Ponent (région aragonaise catalanophone située à la frontière du Principat). Autant de prétextes thématiques pour sillonner les montagnes de Prades, qui se prêtent merveilleusement aux excursions en groupe et en famille. 286 km² de bonheur ! Vous pouvez aussi pratiquer un écotourisme actif en partant en famille à la pêche à l’écrevisse le long des cours d’eau, ou en parcourant le circuit du Brogit de la Vall sur le Brugent, à la recherche des anciens moulins aujourd’hui désaffectés. À moins que vous n’optiez pour l’œnotourisme du côté du Priorat, du Montsant ou de la Scala Dei. Autre route ludique, celle des refuges, en quatre étapes, le refuge de Cornudella de Montsant, celui de Mussara, celui de Mon Ral et enfin celui de Prades. Une jolie façon de marcher et découvrir, de méditer et de partager, avec la certitude d’une halte reposante loin de tout, au cœur des montagnes, telle que la vivaient autrefois leurs habitants. Pour qui veut bouger et vivre à fond la nature pure et sans compromis de cet arrière-pays de la Costa Daurada, les options ne manquent pas. Ici tout invite à se dépasser, peut-être pour être à la hauteur de l’environnement, ou qui sait, des aigles qui passent tout là-haut, l’œil ivre de beauté et de soleil.

Pas de commentaire

Poster un commentaire