VOTRE MAGAZINE N° 109 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 109 EST EN KIOSQUE

L’ESCALA, 100 % NATURELLE

09 Juil L’ESCALA, 100 % NATURELLE

Entre le prestige de ses vestiges romains et la saveur de ses anchois, l’Escala tient bon la barre de ces villages de pêcheurs où flottent encore le souffle ancestral et l’âme des traditions. En toute simplicité, et avec la beauté des cités qui n’ont pas besoin de se la raconter…

L’Escala. Escaladons-là. Pas à pas. à échelle humaine. Décortiquons-là. Lettre après lettre. Une par une, à la manière des acrostiches qui jamais ne trichent. Ni en français, encore moins en catalan/català. E comme Empuries (Empúries), S comme Sel (Sal), C comme Chemins (Camins), A comme anchois (Anxoves), L comme littoral (litoral) , A comme Ah l’Escala ! Elle est tout ça à la fois, l’Escala. Impossible de résister à son charme. Se laisser prendre dans ses filets, c’est faire confiance à son bon sens marin, à ses vieilles traditions, à sa boussole gastronomique. Embarquez pour un joli moment de cabotage entre le E et le A d’un village à l’alphabet qui vous laissera bouche bée ! C’est par là que tout commence…Empúries était la porte d’entrée de la culture gréco-romaine sur la péninsule Ibérique. C’est aujourd’hui un site mondialement connu. Car c’est ici que sont conservés les vestiges d’une ville grecque – l’enclave coloniale d’Empòrion – et d’une ville romaine – l’ancienne Emporiae, créée au début du Ier siècle av. J.-C. sur les fondations d’un campement militaire romain installé durant le siècle précédent.Les mosaïques des vieilles maisons seigneuriales, la sculpture d’Asclepios ou encore l’imposant Forum romain font aujourd’hui partie du MAC-Empúries, incontournable Musée Archéologique de Catalogne. Au cœur des ruines d’Empúries il est possible de découvrir la ville grecque, la ville romaine et le musée. Des visites théâtralisées pour les familles complètent l’offre. Tout près de ce lieu extraordinaire où les fouilles se poursuivent, le petit village médiéval de Sant Marti d’Empúries, est dépendant de l’Escala. Jusqu’en 1064, Sant Martí était la capitale du comté d’Empúries. Une bonne partie de la muraille médiévale a été conservée pour le bonheur des amateurs de lieu fortifiés. L’église de Sant Martí a quant à elle été construite en 1538, sur le temple pré-roman datant de 926. Contrastant avec le caractère médiéval de la ville, on trouve également à Sant Martí la Casa Forestal, de style moderniste, actuellement siège de la fondation Iberia Graeca. Juste en face se trouvent les ruines du vieux château qui inspira Victor Mora, créateur de la bande dessinée Capitán Trueno. Source idéale pour l’imaginaire, Sant Marti d’Empuriès puise dans l’étroitesse de ses ruelles pavées pour embrasser mieux encore la vue spectaculaire sur la plage, le site archéologique et le superbe môle grec. C’est en empruntant sur deux  kilomètres, à pied ou à vélo, le Passeig d’Empuriès inauguré en 1992 à l’occasion des Jeux Olympiques de Barcelone, que Sant Martí d’Empúries est relié au noyau urbain de l’Escala. Une promenade absolument magique.

S comme Sardane

D’Empuries à l’Escala. Deux lieux unis par un délicieux lacet côtier. Main dans la main et ça tombe bien, puisque il est temps d’entrer dans la danse par la plus belle des rondes : la sardane. Danse emblématique catalane, fraternelle à l’envi, elle se danse ou plutôt se saute sur la musique de la cobla, cet ensemble instrumental de plein air composé de 11 à 13 musiciens. La sardane est portée par les sonorités des instruments à vent traditionnels que sont la tenora, la tibla ou encore le flabiol. à L’Escala, cette ronde sacrée est littéralement inscrite dans l’ADN de la cité. Deux monuments viennent ainsi marquer l’ancrage sardaniste sur le pavé. Depuis  2007, sur le Passeig Lluis Albert, une œuvre en bronze (réalisée en 1976 et un temps exposée au Musée Dalí) de Francesc Anglès i Garcia représente 11 musiciens de « La Cobla » en taille réelle, avec leurs instruments et des visages connus de certains « escalencs ». Depuis dix ans, un second monument vient compléter la partition. Il s’agit de « L’Escala, capitale de la sardane 2010 », un triple triangle croisé composé des notes de la sardane « L’Empordà » du compositeur Morera et du texte du poète Joan Maragall.  Depuis 45 ans, chaque année, l’Escala célèbre son Aplec, grand rassemblement de danseurs de sardane auquel participe évidemment toujours la célèbre cobla locale, la Principal de l’Escala comme le Groupe de l’Avi Xaxu. Fraternelle, solidaire et joyeuse, l’Escala est sardane à elle seule !

C comme chemins

Non, tous les chemins ne mènent pas à l’Escala ! Elle se mérite façon pépite. Il faut aller chercher en bord de mer et dans l’intérieur de ses surprenantes terres, là où les petits chemins s’inventent et s’invitent à jamais sur la liste de nos envies et de nos souvenirs. Chemins et sentiers, itinéraires et randonnées. l’Escala bouillonne de possibilités. Pêle-mêle, tentez le chemin forestier de l’Escala jusqu’au village médiéval de Sant Martí d’Empúries, en passant par les dunes et la Torre del Pedró. Pour un tour complet de l’Escala de plus de 20 km en 5 heures, optez pour le parcours très plat qui passe par l’intérieur des terres et permet de découvrir les villages voisins de Sant Martí d’Empúries, Cinc Claus, Viladamat, Albons et Bellcaire. La plus grande partie du circuit se fait entre champs, chemins et routes avec très peu de circulation. Pour les amoureux d’authenticité, choisissez l’itinéraire circulaire des « masos », ces vieux corps de ferme typiquement catalans. Sept kilomètres en trois heures et demi pour découvrir le Mas Nou de Nicet, le Mas Martí, le Mas Duaner, ou encore le Mas Vilanera, l’une des fermes les plus intéressantes. Il s’agit là d’un ensemble d’édifices fortifiés de différentes époques, avec une tour de défense de forme carrée. Les matériaux du Monastère de Santa Maria de Vilanera et les structures d’une villa romaine ont été utilisés pour la construction de ce mas.

A comme Anchois

Ils ont l’art et la manière de toujours et encore faire frétiller les papilles ! Eux, ce sont les anchois et précisément ceux de l’Escala qui sont devenus marque et référence à part entière et au-delà des frontières. Toute une histoire ! Dès le XIXe siècle, des usines de salaison d’anchois s’installent sur la Costa Brava. Cette industrie est intimement liée au passé des Ibères, des Grecs et des Romains. Deux siècles plus tard, l’Escala est la commune qui compte le plus grand nombre de producteurs d’anchois salés. L’écrivain et juriste Francisco Zamora, dans le « Diario de los viajes hechos por Cataluña » (1757-1812), remarquait déjà : « À l’Escala, on pêche et on commerce beaucoup avec l’anchois. Les hommes perçoivent de bons salaires journaliers, il n’y a pas de pauvres. Il y a l’Alfolí de la Sal (entrepôt de sel) et les femmes sont celles qui s’occupent des anchois. » Une tradition, un artisanat et des produits 100 % naturels. Aujourd’hui, on peut acheter, goûter et savourez les anchois à toutes les tables de l’Escala. On peut également visiter les usines à anchois telles que Salaons Solés, Fill de J. Callol i Serrats, Anxoves el Xillu, ou encore Anxoves de l’Escala. Une opportunité unique de connaître la façon dont sont élaborés actuellement les anchois de l’Escala. Tout le savoir-faire ancestral concentré dans un pot : anchois salés et macérés pendant au moins six mois, dessalés, effilés et emballés avec de l’huile d’olive. Délice ! Aussi petit soit-il, l’anchois a pris une place énorme dans la cité à tel point qu’un véritable musée lui est consacré ! à l’Escala, qui dit anchois dit obligatoirement sel. Ainsi, inauguré en 2017, le fameux grenier à sel est également devenu un centre culturel. L’Alfolí abrite actuellement le musée de l’Escala, avec une exposition permanente sur l’escale et la mer, les archives historiques de l’Escala, ainsi que l’espace Víctor Català, centre de diffusion de l’œuvre d’une grande écrivain de la littérature catalane, Caterina Albert, plus connue sous le pseudonyme masculin, Víctor Català. Bien que la date de 1697 soit inscrite sur le linteau du balcon principal de l’Alfoli, il ne fit office de grenier à sel qu’à partir de 1716.

L comme Littoral

à l’oreille déjà, le L sonne liquide … Portée par deux L , L’Escala  s’envole vers d’autres horizons grâce à son littoral, ses plages, ses criques, son bleu infini. Avec plus de sept kilomètres de littoral, l’Escala offre la garantie d’un coin de paradis à tout un chacun. Ici, des étendues de plages de sable fin, là des petites criques de galets bordées de pinèdes et de falaises. Certaines sont des points de sortie de canaux, idéales pour faire de la natation en pleine mer et d’autres proposent une large offre sportive ou présentent un intérêt tout particulier pour la pratique de la plongée sous-marine. L’Escala, un monde littoral constellé d’une quinzaine de « spots » à bonnes ondes. Vous êtes plutôt plage de sable fin, alors optez pour la plage del Riuet, la plus septentrionale et pratique pour les sports nautiques. Sable fin encore sur les plages des Muscleres face aux ruines d’Empúries, celles de Portitxol, un petit paradis bleu, ou encore celles du Rec Del Moli à Empuries avec en prime les dunes en arrière plan. Plus urbaine, la plage de Riells, en plein cœur de la zone touristique et idéale pour les enfants. Pour l’option criques, vous craquerez (à coup sûr !) pour celle du Pedrigolet, seule crique de galets sur le littoral d’Empúries. Mais encore et très certainement pour la crique de la Creu avec ses anciennes cabanes pittoresques de pêcheur.  Elle est située entre le centre urbain de l’Escala et les premières plages du littoral d’Empúries. Toute petite, toute de galets recouverte, la Mar d’En Manassa, dans le noyau urbain de l’Escala. Toute aussi intime, la crique du Codolar située dans le noyau urbain de l’Escala, le long du passeig Lluís Albert. Sans oublier les criques et autres anses naturelles comme celles de Bol Roig, de Salpatx au pied des falaises, la rocailleuse Illa Mateua entre le port et la fameuse Punta Montgó.

A comme « Ah l’Escala » !

Calme et posée, belle et naturellement séduisante, l’Escala présente la particularité de pouvoir offrir de spectaculaires levers et couchers de soleil. Avec ses cieux contagieux rougeoyants et orangés, ses bleus profonds, la nature est ici à la maison. Dans le secteur de la Punta, sur le chemin de ronde, à la Punta Montgó ou au Mirador de les Coves, vous trouverez les meilleurs points de vue pour vous délecter de cette symphonie de couleurs en sol majeur ! Ah l’Escala et ses activités. Ah l’Escala, son port, sa criée, sa promenade en front de mer. En solo, en couple ou en famille. à pied ou à vélo. En paddle ou en bateau. Sortez les masques de plongée ! Et dites-vous que c’est une chance de voir la vie en bleu à l’Escala. Un bonheur qui n’est pas donné à tout le monde !

Pas de commentaire

Poster un commentaire