VOTRE MAGAZINE N° 121 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 121 EST EN KIOSQUE

Pour l’amour du vin

26 Juil Pour l’amour du vin

Ici, le vin occupe une bonne partie de la comarca. Les soins apportés aux vignes dominent la vie locale et la rythment tout au long de l’année. Ce tropisme du raisin est dû aux Templiers, grands viticulteurs, qui ont su, dans la lointaine foulée des Romains, fertiliser ces grandes terrasses écrasées de soleil et peu perméables. Terra Alta est une grande terre viticole.

Terra Alta est l’appellation la plus méridionale de Catalogne et aussi l’une des plus anciennes du pays puisqu’elle remonte à 1982, c’est-à-dire au début de la transition démocratique. Elle inclut douze villages situés entre l’Ebre et l’Aragon. Les sols, très calcaires, sont pauvres en matières organiques, mais profitent d’un ensoleillement maximal accompagné de rares précipitations et d’hivers parfois très froids, contrastes dont la vigne se délecte. Les stars incontestées de la région sont les cépages de Grenache et de Macabeu, parfois mâtinés d’un peu de Parellada, un cépage local qui donne aux vins un joli mordant, très convaincant sur les cavas. Ils donnent naissance à des vins blancs fruités et goûteux, à l’identité unique. Leur vieillissement en fûts est bref mais indispensable au développement de leur goût. Ces blancs de caractère ne reculent pas devant un fromage typé et même certaines viandes blanches. Ils ont ici pignon sur terre. Chose étrange, jusque dans les années 90, les vins rouges locaux étaient encore élaborés de façon familiale et pour la seule consommation domestique. Il n’était pas dans la tradition locale d’en produire et d’en vendre et ils ne suscitaient pas de procédés de vinification élaborés. Pourtant, quelques décennies plus tard, le savoir-faire ancestral, lié à l’apport d’œnologues extérieurs, a fait merveille et ces vins ont révélé un potentiel fabuleux qui leur vaut des inconditionnels chez les consommateurs et les restaurateurs. Ils défient aujourd’hui sans complexe leurs prestigieux voisins du Montsant et du Priorat, avec leurs assemblages de Grenache, de Grenache velu, de Samsó et de Carignan qui ne sont pas sans rappeler nos vins nord-catalans, avec un caractère toutefois plus marqué encore. Ici aussi, les vins doux naturels, les rancios et les mistelles côtoient les vins classiques. Comme pour toutes les appellations, les raisins utilisables sont strictement réglementés. Notons la présence de quelques beaux cépages autochtones comme l’Ull de Llebre (œil de lièvre) pour les rouges ou encore le Pedro Ximènez pour le blanc. Gageons que vous allez adorer leur caractère minéral allié au long velours de leur bouche. Le grenache blanc de Terra Alta représente à lui seul 40 % de la production mondiale (oui, oui, vous lisez bien) et 90 % de la production catalane, c’est dire s’il se confond avec son terroir ! 

Terroir unique

Pas moins de cinquante-trois caves particulières ou collectives se partagent cette vigne têtue qui pointe entre oliviers et amandiers. Logiquement, l’œnotourisme se développe, entre expériences gastronomiques et dégustations, le long d’itinéraires en vélo, à travers vignes, ou d’un restaurant à l’autre. La visite des caves permet de toucher du doigt une production à volumes réduits qui a fait de la qualité son meilleur argument de vente. Ne vous privez pas des visites culturelles doublées de dégustations comme le gisement ibère du Coll dels Moros, les sites marqués par la Bataille de l’Ebre ou les commanderies templières. Le vin déroule ici des chemins secrets qui vous enchanteront et vous feront découvrir les histoires croisées qui tissent l’imaginaire local.Par ailleurs, Terra Alta possède des titres de noblesse que bien des terres de vin lui envieraient, et notamment, deux joyaux architecturaux uniques qui ont contribué à forger une expression figée devenue un must des comarques de Tarragone et aussi de l’histoire de l’art, « les cathédrales du vin », concept signé du grand dramaturge catalan Àngel Guimerà. La conception des nefs énormes de Pinell de Brai et de Gandesa revient à Cèsar Martinell, local de l’étape, le disciple de Gaudí sans doute le plus connu et l’un des meilleurs crayons du Modernisme. Au-delà de l’aspect esthétique et novateur, sur lequel nous reviendrons, ces deux caves racontent une histoire douloureuse et fondatrice, celle du mouvement coopératif encore très vivant, antidote absolu à la petitesse des parcelles, et à la sinistre mémoire du fléau du phylloxéra. Ici, il y a cent ans, des paysans se sont regroupés pour produire et vendre leur production. Ce changement d’échelle, a bien sûr requis des équipements à sa mesure. Les cathédrales du vin sont l’expression magnifique de cette mutualisation des forces vives de Terra Alta. Beaucoup de points sont communs aux deux caves, à commencer par l’utilisation de la brique, celle des techniques catalanes traditionnelles comme la voûte catalane directement cimentée ou encore les immenses fenêtres d’aération et la structure des nefs basée sur des arcs paraboliques. à Gandesa, deux énormes réservoirs d’eau cylindriques ornent le toit et les nefs sont au nombre de trois. à Pinell de Brai, la belle frise en céramique vitrifiée dessinée par Xavier Noguès montre des scènes de vendanges un peu naïves que les spectateurs lisent comme une bande dessinée.

Pour la petite histoire, elle n‘a pu être placée qu’en 1949, bien après la guerre civile, notamment pour des raisons budgétaires. à Gandesa, n’oubliez pas de lever la tête, des gargouilles de terre cuite vous y attendent. La modernité des chais est étonnante. Mais ce qui frappe le plus, c’est sans conteste l’étrange parenté des lieux avec une église, à la fois par la hauteur sous les voûtes, les nervures des arcs qui ressemblent à des ogives, et les rayons de lumière qui traversent l’espace et le nimbent d’or. Une visite guidée s’impose avec une arrivée à la boutique où vous attendent de merveilleuses alliances mets-vins et tous les autres produits de la comarca : miel, amandes, huiles, noisettes… Enfin, des villages entiers comme Batea ou Vilalba dels Arcs se laissent découvrir à la lumière de leur activité viticole, vitale et très largement majoritaire, qui a en grande partie dicté leurs évolutions architecturales avec de grands chais en rez-de-chaussée. Confidentielle il y a quelques années, l’Appellation Terra Alta ne cesse de gagner des parts de marché, servie par une authenticité farouche qui fait de ses vins le reflet fidèle du travail immémorial des hommes de cette terre.

Pas de commentaire

Poster un commentaire