VOTRE MAGAZINE N° 114 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 114 EST EN KIOSQUE

Saint-Cyprien, blotti dans le bleu

02 Août Saint-Cyprien, blotti dans le bleu

Préparez-vous à des vacances plurielles, actives, vertes, contemplatives, infiniment flexibles selon vos désirs et votre famille : Saint-Cyprien est une station caméléon, douée en tout, qui n’a cessé de se lancer des défis brillamment relevés, jusqu’à devenir la perle du littoral.

Au commencement était le village d’origine, niché dans les vergers et les vignes avec ses belles maisons en cayrou, son église au joli retable baroque, sa tour de guet et la belle chapelle romane de son hameau de Villerasa. « Quand j’ai cherché une maison où passer ma retraite, j’ai immédiatement pensé à cet équilibre entre la terre et la mer, mais aussi à l’identité forte du village qui a su garder ses marqueurs, comme les vieux qui sortent les chaises dans la rue pour papoter à la nuit tombée », raconte Guy, directeur territorial. Ce vrai village roussillonnais bourré de charme a su garder son âme rurale comme vous le confirmera la présence tranquille des tracteurs sur les routes intérieures. Côté mer, les pêcheurs du cru se partageaient autrefois deux lieux d’implantation de cabanes frustres construites en senills, la variété locale de joncs, faites pour stocker les filets et nettoyer le poisson. Au nord, le bord de l’étang planté de roseaux et bien sûr, la longue étendue des plages douces battues par la tramontane. Après des siècles de coexistence tranquille entre le village continental et les maisons de roseaux des pêcheurs, plantées à fleur de sable, le XXe siècle est venu bousculer les choses. Le camp d’internement des républicains espagnols en 1939, puis les fortifications allemandes, en 1942, ont eu raison des frêles cabanes, et le sable a repris ses droits millénaires. Dans les années soixante, le Général De Gaulle, soucieux d’équiper le littoral du Languedoc-Roussillon de stations modernes, lance le projet Racine. L’heure de Saint Cyprien a sonné : des immeubles, des villas, des avenues aérées bordées de palmiers sortent de terre, tandis que le port jette ses quais et ses marinas dans la grande bleue et inaugure ses premiers anneaux. Sept décennies plus tard, le port de plaisance, énorme, est l’un des plus important d’Europe avec 2300 anneaux et 800 points d’amarrage dans ses marinas : son architecture en chicane met les embarcations à l’abri des vents dominants. « J’habite le Tarn et mon bateau est ici depuis plus de vingt ans. Même si je ne peux pas sortir en mer, je viens passer le week-end comme dans une résidence secondaire. à Saint-Cyprien, on trouve tout, toute l’année ! » se réjouit Pierre, kinésithérapeute. Tout autour de la capitainerie, de très nombreuses entreprises assurent l’entretien spécifique des bateaux, et le port est un véritable village flottant, international, coloré. Un aimant aussi, pour les innombrables promeneurs qui parcourent les quais, parfois en segway. Pour autant, la pêche traditionnelle n’a pas totalement disparu : le retour des pêcheurs nocturnes, le matin entre 8h et 12h, sont l’occasion d’un spectacle immuable, suivi de la vente des poissons frais qui enthousiasme toujours une foule de curieux et de cuisiniers locaux. Mais ce ne sont pas là, bien sûr, les seuls sortilèges de la mer dans sa halte à Saint-Cyprien. Elle longe ici le Parc Naturel Marin qui s’étend de Leucate à la frontière et contribue à protéger ce milieu naturel unique. Six kilomètres de plages attendent serviettes, baigneurs et jeux d’enfants, ponctués de six postes de secours. Toutes ces étendues sont striées de ganivelles destinées à lutter contre l’érosion des dunes et à favoriser une végétation endémique de griffes de sorcières. Outre les accès spécifiques pour les handicapés et son offre presque illimitée qui allie clubs de plongée, sports de glisse de toutes sortes, voile sur catamaran, dériveur, optimist, pêche…  Saint Cyprien possède de jolis clubs de plage conçus pour offrir aux amoureux de la mer bonheur total et confort optimal, gastronomie comprise. Ils sont également prisés le soir, et sont peu à peu devenus des incontournables de la vie nocturne catalane.

Une plongée dans le vert

Les nageurs les plus acharnés et les plus sportifs apprécieront l’Espace Aquasud, dont le parrain n’est autre que le champion de natation Frédéric Bousquet. Un équipement de premier plan qui propose une foule d’activités aquatiques, mais aussi un hammam et des jacuzzis pour que le plaisir soit complet. Il se passe décidément toujours quelque chose du côté de l’eau et de la mer ! La station n’est pas chiche non plus en plaisirs terrestres, annoncés par de larges allées de palmiers, l’omniprésente présence des ruisseaux, et surtout deux espaces verts magnifiques. Le Jardin des Plantes, orné d’un plan d’eau où vivent d’énormes carpes koïs, est un espace pluriel qui allie roseraie, bambouseraie, prairies, idéal pour une promenade méditative le long de chemins de découverte à parcourir à pied ou à vélo. « La première fois que j’ai passé l’été à Saint Cyprien, il y a très longtemps, mon fils avait cinq ans, maintenant il est papa à son tour (rires). Ce qui m’a séduite, c’est cette impression de vivre dans un jardin, alors que je m’attendais à quelque chose de plus sec, de plus méditerranéen. Cette verdure, c’est le paradis » confirme Solange, agent immobilier à Lyon. Le Parc de la Prade, plus proche de la mer, accueille vélos, trottinettes et rollers autour de son lac où évoluent canards et cygnes, et propose une aire de jeux adorée des enfants, ainsi qu’un kiosque où se rafraîchir et se restaurer. Rien de mieux après une longue exposition au soleil. Parcourir la ville en vélo est un enchantement, notamment grâce à la piste cyclable qui mène à Latour Bas-Elne et aux plages sud, tout près de l’embouchure du Tech, ombragées et fraîches, et qui dessert aussi le nord, au bord de l’étang, sous la surveillance énorme, magnifique, du Canigou, anobli de son reflet. Toute la plaine alentour est quadrillée de routes sinueuses bordées de platanes, de chemins de terre marquant les limites des propriétés, qui sont autant d’invitations à déambuler à pied, à vélo, mais aussi à cheval, car les clubs équestres ne manquent pas. Les plus sportifs peuvent opter pour les nombreux courts de tennis, de padel et de squash du centre des Capellans, qui propose aussi du fitness, de la musculation, et une piscine. « Saint Cyprien est un centre de tennis très important qui entraîne des joueurs de premier plan et forme des jeunes, mais la ville propose des exhibitions de joueurs internationaux » précise Guillem, rugbyman, inconditionnel du stade des Capellans où il aime à s’entraîner. Vous pourrez également choisir le superbe parcours de golf. Imaginez 200 hectares entre mer et étang, et 27 trous dessinés par deux architectes écossais, déclinés en deux parcours de difficultés inégales. Le club-house, avec sa jolie piscine, est devenu le rendez-vous de tous ceux qui veulent allier détente et gastronomie. Tous ces merveilleux ingrédients ne seraient rien d’autre qu’un joli catalogue s’il n’y avait pour les émulsionner, ce supplément d’âme convivial et très catalan qui rend Saint Cyprien si agréable à vivre et à partager. Tant de choses à vivre appellent les plaisirs de la table. Grâce aux Templiers qui ont su drainer l’arrière-pays en creusant des canaux et des « agulles », potagers et vergers donnent à profusion des abricots rouges du Roussillon fondants et sucrés, des pêches énormes et juteuses, des tomates au goût franc et à la texture ferme, des poivrons goûteux, des courgettes, des aubergines… La mer généreuse, offre son lot de poissons, de calamars, de crevettes, de daurades. La cuisine catalane fait le reste avec son alliance de saveurs uniques : morue à l’aïoli, lotte à l’ail brûlé, poivrons grillés…

Saint-Cyprien propose des marchés presque tous les jours et compte des dizaines de restaurants qui permettent à la fois de s’enraciner en Catalogne et de voyager dans le monde entier tant l’offre est variée. Pour ce qui est du partage, le son du flabiol ne manquera pas de vous appeler au détour d’une place ou d’une rue pour vous inviter à regarder ou à danser – pourquoi pas – la « danse noble » des Catalans, la Sardane, cette belle ronde égalitaire qui rassemble depuis des décennies hommes et femmes dans l’amour inconditionnel de leur terre. Quant à vos soirées, elles s’annoncent festives. Les nombreux clubs et bars de plage rivalisent d’ingéniosité pour vous offrir des moments musicaux et des espaces de convivialité inoubliables. Dans la grande tradition des stations balnéaires, Saint-Cyprien possède même son Casino, positionné comme il se doit à deux pas de la mer, au cœur du port. De quoi prolonger loin dans la nuit les enchantements des soirées de bord de mer… L’hébergement est à l’image de la ville, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses, du haut de gamme à l’hôtellerie de plein air, du gîte de charme au mobil-home, de la vue sur la mer à la vue sur les vignes, des résidences aux villages de vacances, vous trouverez chaussure à votre pied que vous soyez en amoureux, entre amis ou en famille. Car Saint-Cyprien a beau avoir un pied dans la mer, un autre dans l’étang et la tête dans les vignes, ne nous y trompons pas, le joli port a tout d’une grande ville pensée pour la diversité extrême de ses habitants, le charme de la nature et l’authenticité de la catalanité en plus. Saint-Cyprien est à la fois familiale, sportive, culturelle, naturelle, bref, formidablement addictive. Elle n’a pas sa pareille pour devenir le mouillage incontournable de vos envies de vacances.

Pas de commentaire

Poster un commentaire