VOTRE MAGAZINE N° 130 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 130 EST EN KIOSQUE

L’Osona, la Catalogne à cœur ouvert

03 Fév L’Osona, la Catalogne à cœur ouvert

Pour bien comprendre la comarca de l’Osona, il faut la penser comme une fleur dont le pistil serait la plaine de Vic, et dont les pétales, tous montagneux, seraient formés par une série de petits territoires à forte identité. Une sorte de rosace à effeuiller dont le nuancier mêle étroitement nature et culture pour offrir toute une gamme de plaisirs.

Cingler sur Vic, le vaisseau amiral de la comarca, c’est jeter l’ancre sur son centre névralgique, la place du Mercadal, haut lieu des marchés et foires dès le Moyen-âge. Commerçante par essence, Vic s’organise autour de cette magnifique place carrée à arcades dont les maisons cossues, marquées par une superposition des styles gothique et baroque, entourent un terre-plein impeccablement lissé. Magasins et cafés se disputent les rez-de-chaussée et embrassent l’ensemble d’un halo de conversations animées. Laissez-vous aller dans la ville, d’une petite place à l’autre, au gré des rues pavées : la cathédrale romano-gothique, le quartier des tanneurs, le pont roman ou le palais de l’évêché méritent votre détour, sans parler de l’incroyable musée épiscopal et de celui des arts du cuir. Vous ne manquerez pas d’admirer l’insolite temple romain. Il a été retrouvé littéralement englouti dans l’ancien château féodal des Montcada mais lutte vaillamment pour entrer dans son troisième millénaire sans rien perdre de sa beauté. à l’échelle de Vic, c’est presque un jeunot. Songez que la ville était déjà une place-forte des Ausetans, la tribu ibère dont elle tire son nom, huit bons siècles avant notre ère ! Gourmande, Vic sait décliner la gastronomie autour de son produit phare, le porc, élevé dans toute la plaine environnante. Sa llonganissa, une belle saucisse bien relevée, est proverbiale. Pour ne rien perdre des richesses de la capitale, optez pour Vic Punt Zero, une façon unique de visiter la ville par cercles concentriques que nous décrirons ci-après. La plaine, particulièrement riche, dévolue depuis toujours à l’agriculture et à l’élevage, est, comme souvent en Catalogne, émaillée d’usines et d’équipements industriels. Vic s’est développée de façon exponentielle pour devenir une ville moyenne particulièrement dynamique, universitaire, dont le rayonnement dépasse largement la région, et idéalement située. L’Osona occupe le centre de la Catalogne, là où se croisent les vents et les chemins de terre et de mer. Les chemins du ciel aussi, tant le patrimoine religieux y est riche et divers avec une grosse dominante romane qui vous entraînera d’un chef d’œuvre à l’autre.

A l’est, des forêts profondes

Avant d’entamer votre périple, sachez que l’Osona est bonne, très bonne cuisinière, et regorge de merveilleux produits locaux comme la truffe qu’elle allie à ses innombrables spécialités de viande de porc et au gibier, omniprésent dans les zones montagneuses. L’entrée du territoire par le nord, à travers le Cabrerès, c’est-à-dire l’ancienne viguerie des comtes de Cabrera, est un enchantement pour qui aime les paysages de montagne et les sanctuaires perdus. Le joyau incontesté de cette belle vallée reste le diptyque Rupit i Pruit, avec ses maisons montagnardes typiques impeccablement restaurées et son fameux pont piéton suspendu qui vacille au-dessus de la rivière profonde. La carte postale est belle et éditée à des milliers d’exemplaires ! Ne ratez pas, à proximité, le Salt de Sallent, une merveilleuse cascade de 115 m de haut, un must pour les photographes. à Tavertet, le charmant village voisin à la cinquantaine de maisons du XVIIIe siècle, les falaises dessinent un mirador magnifique sur l’étendue du barrage de Sau. Au centre de la presqu’île dessinée par un méandre presque fermé du Ter s’élève le monastère de Sant Pere de Casserres une abbaye bénédictine qui remonte au XIe siècle et fut en son temps, l’ambassade de l’abbaye de Cluny dans cette partie de la Catalogne. Vous pourrez y découvrir la vie austère des moines à l’époque au travers d’un film saisissant. à l’ouest, Manlleu vous offre un petit aperçu de Rome et de la Piazza di Spagna avec sa place de Fra Bernadi et le très instructif Musée Industriel. Juste au nord de la ville s’étend le très beau parc du Collsacabra. Vous pourrez y découvrir la Foradada de Cantonigros, une grotte ouverte dans laquelle coule une somptueuse cascade, particulièrement spectaculaire en hiver quand le débit est haut.

Des terres sereines

Si le temps est froid, il se peut même que vous ayez la chance d’en contempler le geste immobile, figé par la glace. à l’est, le paysage penche vers les sites sauvages et mystérieux du Montseny et semble littéralement laisser sourdre ses eaux comme à Sant Julià de Vilatorta avec son parc aux sept fontaines, sa maison-musée consacrée à l’immense poète Jacint Verdaguer et la ruine de son château féodal, le Castell dels Moros. Les belles maisons modernistes sont dues à Miquel Pallàs, un architecte local follement doué. Vous êtes dans l’espace naturel des Guilleries-Savasona. En quelques tours de roue ou de pédalier, vous passerez des chênes verts aux rouvres, puis aux hêtres. L’hiver donne aux troncs un aspect spectral qui souligne les reliefs et rend hommage au monde minéral. Une splendeur à parcourir comme il vous plait, tranquille à bord de votre véhicule, à vélo, ou bien sûr, comme tant de générations avant vous, à pied, dans une sensation parfaite d’harmonie avec la nature et l’histoire. Un peu plus au sud, le village de Viladrau cultive son fruit merveilleux, la modeste châtaigne, qui a nourri tant de générations de sa farine généreuse. Il est difficile de ne pas penser aux pentes de l’Ardèche quand la fin de l’hiver offre un épais tapis de feuilles et de bogues où tracer d’innombrables chemins. Déjà les arbres commencent à bourgeonner et annoncent le retour de la vie. Comme toutes les villes de villégiature catalanes, Viladrau possède un beau patrimoine moderniste. Ici le grand Puig i Cadafalch en personne et l’architecte Raimon Duran i Reynals ont fait merveille. à El Brull, ne manquez sous aucun prétexte la belle église romane avec son grand fronton baroque avant de vous diriger vers Centelles, la ville aux cent sorcières. Vous tombez bien, les 4 et 5 février, le village sera en pleine effervescence ésotérique pour son Cau de Bruixes… En attendant si vous aimez le vertige, et si vous n’avez pas froid aux yeux, la via ferrata est connue pour sa difficulté. La sous-comarca du Voltreganès, plus à l’ouest, offre des paysages de montagne, des gouffres, des excursions et toute une série de petits villages qui vous mènent comme un chapelet vite égrené jusqu’au Lluçanés, le haut plateau qui sépare l’Osona du Berguedà. Ici on se sent si peu osonenc qu’on vient de demander à la Generalitat le statut de comarca à part entière ! Affaire à suivre… Le slogan de ce territoire farouche ? « Terre de sérénité ». C’est bien trouvé, il faut le dire ! La beauté du cloître miniature du monastère de Lluçà, les nombreuses églises romanes, le pont médiéval de Sant Martí d’Albars et la poignée d’ermitages qui saupoudrent la montagne vous séduiront tout autant que les paysages étonnamment plats, comme une seconde plaine qui évoque un peu la Cerdagne. à Alpens, le pays des forges, la moindre rue se pare de sculptures de fer particulièrement ouvragées. Tous ces petits pays se caractérisent par la présence têtue de grands mas d’une facture remarquable, histoire de ne jamais oublier que nous sommes sur des terres intrinsèquement paysannes. Ils sont les oasis idéales des randonneurs qui sont certains de trouver à proximité une source ou une fontaine. Si vous êtes un adepte du camping-car, sachez que 12 espaces équipés nichés en pleine nature vous attendent, judicieusement choisis pour vous offrir à la fois des paysages inoubliables, la proximité avec des éléments patrimoniaux majeurs, et tout l’équipement nécessaire à votre tranquillité. Authentique, toujours en avance d’une modernité mais soucieuse des traditions héritées des générations précédentes, industrielle et rurale à la fois, l’Osona tire son originalité de son identité multiple, de ses paysages qui ne mettent jamais l’œil à l’abri d’une belle surprise. Ce cœur de la Catalogne, ouvert à tous les passages, aime à se laisser prendre, mais attention, il saura vous retenir !

Pas de commentaire

Poster un commentaire