VOTRE MAGAZINE N° 128 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 128 EST EN KIOSQUE

Saillagouse, l’atout-cœur de la Cerdagne

01 Déc Saillagouse, l’atout-cœur de la Cerdagne

Alanguie entre Mont-Louis et Puigcerdà, Saillagouse oblige au regard oblique. Pour cerner ce carrefour de montagne que l’on se contente trop souvent de traverser, il suffit de faire le plein des sens. Car Saillagouse carbure à l’eau du Sègre, à la tradition de ses salaisons goûteuses, au charme singulier de ses deux hameaux de Rô et du Védrignans. Sa discrétion l’honore. Ses paysages la transcendent. La face B de Saillagouse, c’est la promesse d’un assemblage surprenant à déguster sans modération.  

Elle est facile mais on vous l’offre quand même : la « petite phrase » qui dit qu’à Saillagouse, ça gazouille ! Et c’est peu dire qu’en arrivant par le col Rigat à 1500 mètres d’altitude, Saillagouse fait l’effet d’un nid douillet, d’un petit pays suspendu, « comme posé dans la main de Dieu » sous la délicate plume du poète Jordi Pere Cerdà. Plaine d’altitude à caractère insulaire, non entourée de mer, mais divinement surpiquée des plus hauts sommets tels que le Carlit et le Puigmal, Saillagouse joue fièrement les carrefours, posée là, au beau milieu de la Cerdagne, à la croisée des trois vallées d’Ur, du Carol et du Sègre. Cœur battant et poumon vert à la fois, Saillagouse porte une indéniable centralité en elle. Saviez-vous que Saillagouse est traversée par 1 600 000 véhicules par an ? On y passe et repasse pour accéder aux stations de ski de Catalogne nord comme du sud (La Molina et Masella). Couloir de passage vers Puigcerdà et vers l’Andorre, Saillagouse regarde filer son flot de touristes non-initiés aux plaisirs cachés d’une cité qui compte 57 % de résidences secondaires pour 43 % de résidences principales. Sans crier gare, le berceau du poète Jordi Pere Cerdà fait l’effet d’un aimant sur ceux qui osent s’offrir une halte. Est-ce grâce à la mélodie du Sègre qui coule sous le pont du passage des Amoureux ? Est-ce en raison des dizaines de chemins de randonnée qui trouvent ici leur berceau ? Ou, est-ce lié à ces hauts-parleurs en forme de trompettes qui, sur les toitures, laissent encore échapper quelques annonces surannées entrecoupées de chansons de Jordi Barre ? Saillagouse jouit clairement d’un charme gorgé d’authenticité. Entre la rudesse d’une Cerdagne qui oblige à l’humilité et la beauté d’une nature sans cicatrices, le village s’est inventé une vie douce. Avec cette impression de vivre sans connaître le sens des aiguilles d’une montre. Les Saillagousains semblent appartenir à cette catégorie de gens pour qui la santé des troupeaux est plus importante que le haut débit. Ici, les fromageries tirent le meilleur de cette bonne vieille race de vaches cerdanes robustes et dures au mal. Fromages au lait cru, tomme des Pyrénées, faisselle, et lait crémeux comme autant de plats de rois qui fleurent bon les cytises des prairies d’altitude. C’est « Ah la Lleteria ! » à la sortie de Saillagouse que l’on trouve aujourd’hui les meilleurs produits laitiers et artisanaux du secteur.

Les salaisons auront toujours raison de vous !

Dans ces contrées de salaisons, n’oublions pas pour autant le cochon ! La fraîcheur sèche de l’air fait des merveilles sur les viandes goûteuses. En la matière, la vénérable Maison Bonzom & Fils, excelle de génération en génération. Impossible de résister à la tentation des jambons, saucissons, boudins, pâtés de campagne ou autre pa de fetge travaillés artisanalement et vendus dans une ancienne ferme cerdane qui date de 1808 ! Pour l’artisan charcutier Bernard Bonzom, la devise est simple : « Tout progrès s’accomplit en conservant du passé ce qu’il a de meilleur ». La tradition et le savoir-faire à la cerdane animent également la famille Planes. à la tête de la Vieille Maison Cerdane, ancien relais à diligences, les Planes perpétuent une cuisine traditionnelle, locale, savoureuse et gourmande. Parmi les spécialités : le caneton aux raisins, le pied de porc désossé farci au foie gras et cèpes, la compotée d’oignons ou le soufflé à l’orange. Autant de mets servis dans un décor rustique de bois et de pierre au coeur duquel trône une majestueuse cheminée. Village de gouaille et de goût, Saillagouse est également fière de pouvoir s’appuyer sur la richesse et la qualité des produits de  « La Légende de Pyrène ». Depuis 25 ans, Laurent et Corinne Mahot proposent dans leur atelier-boutique des vinaigres, des moutardes et même l’unique « Ketchup 66 » ! Une gamme de produits aussi artisanaux qu’originaux. Parmi les 20 variétés de moutarde, la Banyuls-miel ou la catalane au poivron rouge font fureur.

Le fabuleux parc à lacs et grillades

Aujourd’hui encore, Saillagouse possède plus de 40 artisans et commerçants, une véritable prouesse qui en fait une vraie petite grande ville où il fait bon vivre. Les marchés hebdomadaires, hauts en couleur, courus par les Cerdans du nord et du sud, rythment la vie du village, scandée par la vieille horloge du clocher. Si Saillagouse coche toutes les cases en terme de goût et de bouche, la vue n’est certainement pas en reste. à l’œil, d’entrée, l’église Sainte Eugénie accroche la rétine. Le Père Christian y officie d’ailleurs encore en catalan, pour le plus grand bonheur de ceux qui ont encore foi en cette langue en voie de disparition… Le Bon Dieu semble ici avoir si bien fait son œuvre que Monseigneur André Marceau, évêque de Perpignan et de Nice a choisi le presbytère de Saillagouse pour passer sa retraite. Saillagouse, village de retraités ? Détrompez-vous ! Il suffit de quitter le cœur du village pour tomber sur un immense demi-tonneau recouvert de panneaux photovoltaïques pour mesurer la présence d’une jeunesse sportive et dynamique. La ruche de la Halle des Sports ne désemplit jamais. Elle fait face à l’ancienne gare de Saillagouse transformée en une incroyable ludothèque-salon de thé, lieu de vie et de convivialité par excellence. Pour prendre la température du dynamisme du village, c’est à l’espace ludique que ça se passe.

Rô et Védrignans : hameaux carte postale

Plus qu’une aire de jeux en plein air avec toboggans, jeux à grimper, promenades à dos de poney…, il s’agit  d’un superbe parc boisé agrémenté de quatre magnifiques plans d’eau et constellé d’agrès de plein air pour la pratique du fitness. Pour profiter de la superbe zone à grillades, mieux vaut se lever tôt, tellement le lieu est prisé.  Encore une fois, il faut oser quitter la Nationale 116 qui traverse le village pour s’offrir un crochet pittoresque par les deux hameaux de Rô et du Védrignans, rattachés à Saillagouse depuis 1822. Deux cartes postales. Rô et sa petite église Saint Antoine riche d’un retable baroque de Joseph Sunyer de 1704. Rô et le souvenir des haras et des belles juments cerdanes du Général de Rivera. L’une d’elles, la Fadrineta, a remporté le grand prix à Madrid et le derby de Barcelone. Plus haut perché, à 1390 m d’altitude, le hameau de Védrignans offre un spectaculaire balcon sur Saillagouse et la Cerdagne. Hameau mystérieux que l’on a coutume de dater sans preuves entre les XIe et XIIIe siècles, le Védrignans se distingue par sa chapelle de llose, ses ruelles pavées de pierres et sa délicieuse fontaine-abreuvoir. Et parce qu’il vous sera difficile de quitter Saillagouse après cette immersion, vous serez « bluffés » par la quantité et la qualité de l’hébergement proposé. Au-delà des trois hôtels, « Chez Planes », l’Hôtel « le Jardin » et le « Crapahuteur », qui font désormais office d’institutions en cœur de village, deux campings tout confort, le Cerdan et IIisa, vous accueillent tout au long de l’année dans leurs mobil-homes. Le Védrignans, parc résidentiel de loisirs 4 étoiles, propose quant à lui une série de superbes chalets en bois, pour lesquels un certain Jean-Jacques Goldman a littéralement craqué… Lui qui dirait de Saillagouse : « C’est ta chance » !

Pas de commentaire

Poster un commentaire