VOTRE MAGAZINE N° 114 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 114 EST EN KIOSQUE

Trobades Médiévales de Perpignan

30 Sep Trobades Médiévales de Perpignan

Depuis quarante ans, Perpignan organise en octobre une grande fête médiévale qui commémore ses heures les plus glorieuses en une série de tableaux qui occupent toutes les places du centre-ville et le Serrat d’en Vaquer. Une fête totale qui est aussi une immersion culturelle de haut niveau.

Entre le XIIIe et le XIVe siècle, Perpignan a connu un véritable âge d’or. Déjà considérée comme la deuxième ville de la couronne catalano-aragonaise, notamment à cause de la grande prospérité de son industrie drapière, la capitale du Roussillon devient, suite à une brouille d’héritage qui voit la scission du pays, la capitale continentale des Rois de Majorque, de 1276 à 1349. Elle se voit alors dotée d’un patrimoine extraordinaire. Côté civil, outre les maisons à galerie qui subsistent et rappellent la Toscane, impossible de ne pas citer l’Hôtel de Ville, le Palais de la Députation, la Casa Xanxo ou encore le sublime Palais des Rois de Majorque. Côté religieux, des églises, la chapelle Notre-Dame des Anges, la cathédrale mais surtout, l’incroyable Campo Santo, le plus ancien cloître funéraire de l’hexagone avec ses enfeus gothiques, subliment Perpignan. C’est précisément dans ce centre-ville gothique que se déroulent les Trobades Médiévales, devenues un rendez-vous incontournable de l’automne. En fait elles existent depuis 40 ans. Bruno, coordinateur de la fête, précise : « Au début, il y avait la Foire Médiévale, menée de main de maître jusqu’en 2010 par la grande Eliane Comelade, historienne incontestée de la cuisine catalane et auteur de nombreux livres de recettes. Elle est considérée au sud comme au nord comme la papesse de la tradition gastronomique intrinsèquement méditerranéenne de la Catalogne. Son marché médiéval se caractérisait par un  souci d’authenticité extrême ». En effet, l’heure était alors aux métiers de bouche, aux reconstitutions d’échoppes, aux produits naturels d’époque, au respect des  itinéraires suivis par les épices, et à l’analyse des influences arabes et juives. L’événement se concentrait autour de la cathédrale et du Campo Santo, et attirait déjà des milliers de visiteurs. Puis, les choses ont évolué à partir de 2010, vers un concept plus global avec une première étape hors les murs, à la forteresse du Serrat d’en Vaquer. Elle donnait le signe de la reconquête de la ville et d’une approche plus globale du glorieux Moyen-âge de Perpignan. Cette année, les Trobades se tiendront les 9 et 10 octobre. à tout seigneur tout honneur, le marché médiéval se tient au Campo Santo, où se pressent des producteurs locaux de fruits, de légumes, de viandes, des étals de poissons, mais aussi de  produits de bouche cuisinés et de produits de l’artisanat. Bien-sûr, le costume d’époque est de rigueur. Allié à la splendeur de l’architecture si particulière de ce cloître gothique aux sépultures ourlées d’ogives, il vous propulsera d’emblée six siècles plus tôt, dans les scènes de marchandage, les odeurs d’épices, et les couleurs que les Perpignanais connaissent bien pour les rencontrer tous les jours dans la jolie rue Paratilla. Juste à côté, sur la place Gambetta, place aux métiers d’antan : tailleurs de pierre aux outils frustes et précis, calligraphes aux calames impeccablement taillés, enlumineurs délicats, dentellières, tourneurs sur bois, tout un monde s’anime devant vous, pour rappeler un temps où l’homme se confrontait à la matière et la convoquait en duel. « Tous les ans on note que les gens sont fascinés par ces gestes, toutes générations confondues. Dès qu’on organise un atelier, il est pris d’assaut » précise Lisa, animatrice. Toutes les générations peuvent se retrouver sur la place de la Loge sans sortir de ce véritable décor de film qui n’impose aucune coupure entre les différentes scènes de la fête ! Devant l’hôtel de ville dont le patio est une merveille architecturale, sous les ogives de la loge de mer dont la caravelle d’angle semble tracer vers l’horizon, place aux jeux de stratégie géants, que les ados affectionnent particulièrement. De retour vers le Castillet, une halte place de Verdun vous permettra de découvrir les batteurs de monnaie sous les yeux de Notre-Dame. La statue de la vierge veille sur la porte de la ville dont on devine presque les remparts détruits en 1904 ! Il suffit d’ailleurs de passer sous le porche pour atteindre la grande esplanade de la place de la Victoire et s’offrir une vue magique sur l’ancienne forteresse-prison, ses terrasses crénelées et son donjon.

Du spectacle vivant

C’est le paradis du combat full contact médiéval, le béhourd, pratiqué par équipes de 5 combattants en armes et en armure, selon des règles très strictes. Les batailles sont spectaculaires !  Une grande roue écologique domine la place, manœuvrée à la main pour économiser l’énergie ! « On propose une véritable foire, avec des attractions multiples, donc on joue la métaphore jusqu’au bout » précise Marie-Claire, agent touristique. Au programme également, de la fauconnerie, un spectacle toujours merveilleux de complicité entre l’homme et l’oiseau. Sur les allées Maillol, des jeux en bois pour enfants inspirés du Moyen-âge créent un Medieval Land, un véritable paradis pour les tout-petits. Pendant ce temps, à partir du samedi après-midi et tout le dimanche, un immense campement médiéval vous attend au Serrat d’en Vaquer avec ses soudards et ses reîtres, dans une atmosphère de caserne et de taverne que les fortifications crédibilisent : démonstrations de catapulte et trébuchet viennent compléter l’illusion… Toutes ces activités hautes en couleurs sont animées par tout une série de compagnies de théâtre de rue, de musiciens acrobates et jongleurs venues de toute l’Occitanie et de Catalogne qui chorégraphient magnifiquement les combats et se livrent à des saynètes et farces. Citons l’ensemble folk Els Berros de la Cort, spécialisé dans les musiques médiévales de toute sortes ou encore l’ensemble de théâtre de rue Drakonia de Girona, mais aussi Les Lions de Guerre, spécialisés dans la guerre de 100 ans, ou les Chevaliers de l’Ordre Noir qui célèbrent les Chevaliers teutoniques. « Bien-sûr, cela n’a pas de rapport direct avec l’histoire de la Perpignan majorquine, mais cela contribue à donner une atmosphère globale qui plait beaucoup au public » affirme Guillaume, directeur de compagnie.

Dans le même style, la compagnie l’Oriflamme est sur tous les fronts de la reconstitution, des haubergiers qui fabriquent sur place des cotes de maille, aux rôtisseurs qui préparent les ripailles des tavernes. Les archers du château rivalisent d’adresse. Le samedi soir, l’armée des Maures couronnera la fête avec un spectacle de pyrotechnie, de danse orientale et de danse de serpents tandis que les frères Lumières illumineront ou plutôt embraseront, la magnifique façade de briques du Castillet. Du grand, très grand spectacle à la fois, historique, lyrique et musical. Il donne à voir la magie de ces temps ésotériques et épiques, qui ont fait de la Méditerranée, pendant plus d’un siècle, un lac catalan. Karim, directeur artistique, l’affirme : « Cette atmosphère d’épopée, alliée au quotidien le plus trivial, donne une idée assez fidèle, je crois, de ce qu’a été le Moyen-âge catalan. Les liens avec l’Orient étaient permanents, surtout aux Baléares qui constituaient un véritable ponton en direction du Maghreb. La Catalogne s’affirme depuis la plus haute antiquité comme une terre de passage entre le sud et le nord de l’Europe ». Au cœur de cette folle effervescence, vous ne manquerez pas d’admirer les courses de lévriers de l’Association Catalane Lévriers de Sport, d’apprécier les charcuteries délicieuses de la Maison Puig, la cuisine des compagnies Lo Mainaders, les breuvages du Chaudron et les vins de Piquemal. Tout est fait pour que grands et petits trouvent leur compte dans cette énorme fresque  théâtrale, donnée à ville ouverte, au cœur de la beauté si distinctive du patrimoine perpignanais, frappé au sceau insulaire des Baléares. Gentes dames et chevaliers, croisent des hommes en armes et un petit peuple joyeux et affairé, jaloux de ses savoir-faire et de ses traditions. L’extrême qualité des intervenants choisis participe à une saisissante résurrection de Perpignan la Majorquine et ravit un public intergénérationnel fidèle et passionné. Ne vous contentez pas de changer d’air. Avec les Trobades Médiévales, changez carrément d’espace-temps !

Pas de commentaire

Poster un commentaire