VOTRE MAGAZINE N° 89 EST EN KIOSQUE
VOTRE MAGAZINE N° 89 EST EN KIOSQUE

TALAMANCA

02 Avr TALAMANCA

Clic-clac

Talamanca : le nom seul fait rêver de Castille et d’Amérique, et la réalité est à la hauteur du rêve ! Le village se situe au cœur du Parc Naturel de Sant Llorenç del Mont i l’Obac, à l’extrémité occidentale de la comarca du Vallès Oriental. Un paysage magnifique, contrasté, fait de barres granitiques rocheuses en camaïeu de gris et de vallées encaissées, rythmées par l’alternance heureuse de prairies, de garrigues et de forêts profondes.

Travelling avant

Le village couche ses déclinaisons d’ocres et de verts à flanc de colline. Une mantille serrée de rues empierrées et étroites, dont les lignes courbes rappellent l’origine de chemin rural, proclame la mémoire médiévale de Talamanca. De toutes petites places laissent pénétrer la lumière. Parfois, au détour d’une rue, une trouée ouvre sur la splendeur du paysage alentour. Les portails anciens, les balcons ouvragés, les marches patinées confèrent à l’ensemble un charme puissant.

Zoom

Tout en haut de la colline, surmontée d’une jolie estelada, s’élève le château, détruit comme beaucoup de ses pairs par le funeste Philippe V. De l’édifice d’origine, il ne reste guère qu’une partie des remparts et une jolie tour, tout le reste a été reconstruit au XVIIIe siècle ! Ici, vécut la dynastie des seigneurs de Talamanca qui parvinrent à se maintenir sur leur fief pendant plusieurs siècles, et dont la première mention remonte au XIIe siècle. Des pierres, se dégage une sorte de noblesse qui respire l’esprit de résistance dont les lieux sont imprégnés.

Travelling Arrière

Ici eut lieu en effet, les 13 et 14 août 1714, une terrible bataille entre les Catalans fidèles aux Habsbourg fédéralistes et les français de Philippe V, bataille qui se solda par une véritable déroute française, motif de fierté immense pour les habitants du village. Un mirador a même été édifié pour contempler sur la plaine en contrebas, les lieux de cet exploit historique.  La grande terrasse en encorbellement s’orne d’une sculpture commémorative, une sorte de main stylisée tendant vers le ciel les quatre barres de la senyera.

Flou artistique

Qui dit château et village médiéval, dit forcément église. Santa Maria de Talamanca est bien là, romane jusqu’au bout de la clef de voûte, malgré quelques adjonctions ultérieures qui n’ont rien ôté à son épure. Sa nef unique en forme de croix latine se couronne d’une abside en demi-cercle. On y trouve le gisant de Berenguer de Talamanca, couché sur un sarcophage de pierre blanche dont les côtés sont sculptés d’ogives à fines colonnades, la tête posée sur un coussin. Le clocher est en forme de tour, coiffé d’un toit pointu.

Contrechamp

Le temps d’admirer la creu de l’era, qui marquait autrefois de ses bras de fer forgé ouvragé les limites de la ville et des processions votives, et nous voilà sur la route de Navarcles.  Sur une colline se dresse la chapelle en ruine de Santa Magdalena. Malgré les outrages du temps, le chœur en cul de lampe, la perfection de la nef unique aux dimensions modestes gardent trace de la ferveur paysanne dont elles sont nées. Au-dessus, la montagne somptueuse veille. Les siècles peuvent continuer de couler.

Pas de commentaire

Poster un commentaire